Le restaurant de Dubaï Ossiano figure sur la liste des 51-100 meilleurs restaurants du monde

  • Cocchi Dopo Teatro Vermouth Amaro 16% Vol. 0,75l
    La société Cocchi a été fondée en 1891 par Giulio Cocchi. Le Cocchi Storico Vermouth di Torino est toujours produit selon la recette originale de Giulio Cocchi. Aujourd'hui, le vermouth se trouve dans les meilleurs bars et restaurants du monde enti Couleur : brun doré. Nez : Un peu amer, légèrement vanillé, notes d'agrumes. Goût : Balsamique, doux, coca, oranges amères, camphre, romarin. Finition : Longue durée, ronde. Dégustez le Vermouth pur sur glace avec un zeste de citron ou dans un

Le réalisateur émirati Mohammed Saeed Harib parle d’un nouveau film sur un aspirant lutteur saoudien

DUBAÏ : Si Dubaï a un visage, il a probablement été dessiné par Mohammed Saeed Harib. L’animateur, artiste et cinéaste émirati à l’origine du nouveau film « King of the Ring » – actuellement projeté dans les cinémas du Moyen-Orient – est devenu une icône dans son pays d’origine et est responsable d’une grande partie de la façon dont la ville se présente au monde, avec les personnages de sa série animée « Freej » accueillant les touristes sur FlyDubai, sa conception de robot ayant guidé les visiteurs à travers l’Expo 2020, et maintenant les personnages nouvellement redessinés Modesh et Dana servant de mascottes de la ville.

Il n’est donc pas étonnant que Harib se concentre davantage ces jours-ci sur le message derrière ce qu’il fait. Il n’a pas perdu son sens de l’amusement, bien sûr, mais bien qu’il se soit lancé il y a 20 ans dans le but de divertir et de se moquer avec amour de sa propre culture, il est devenu beaucoup plus conscient qu’il est un ambassadeur culturel, et Alors que la voix artistique de la région commence à s’intensifier, ce qui est dit compte tout autant que la façon dont il est dit.

Une scène de ‘King of the Ring.’ (Fourni)

« J’ai trouvé très important d’utiliser mes compétences pour m’assurer qu’il existe de bons produits pour les enfants qui grandissent », a déclaré Harib à Arab News. « Ma série animée ‘Siraj’ n’attire peut-être pas autant l’attention des médias, mais elle est sortie (depuis) ​​des années et elle est toujours diffusée dans les écoles. C’est drôle, parce que je préférerais être connu pour ce genre de travail, honnêtement.

À première vue, « King of the Ring » (Malik Al-Halaba en arabe) peut être un choix étrange pour un artiste avec ces intentions. C’est l’histoire d’un Saoudien qui aspire à devenir lutteur professionnel, loin de la timonerie habituelle d’Harib. Mais sous la surface, c’est quelque chose de plus.

« Quand j’ai été approché, ils m’ont averti que ce n’était pas un film burlesque – c’était une histoire sincère. J’ai dit, ‘Parfait, c’est exactement ce que je veux faire.’ Je voulais une comédie d’action avec une âme dedans », dit Harib.

Yassin Ghazzawi dans le rôle de Musaab dans « Le roi de l’anneau ». (Fourni)

C’était plus facile à dire qu’à faire, bien sûr, surtout dans les circonstances où Harib a été remis. Le film a été tourné à Abu Dhabi au milieu de 2020, au plus fort de la pandémie de COVID-19, et des « temps sans précédent » ont conduit à une production à laquelle personne n’aurait pu se préparer.

« Abu Dhabi était de loin la ville la plus restrictive pendant la pandémie, et nous avons donc dû nous adapter en conséquence. C’était un peu surréaliste de s’enregistrer dans un hôtel et de se faire répéter : « Alors, tu vas rester ici 90 jours ? Et juste au moment où cela s’enfonçait, l’Arabie saoudite a arrêté tous les vols et nous avons perdu notre acteur principal », explique Harib.

Le cinéaste Harib dirige le casting de « King of the Ring » pendant le tournage.

Il n’avait pas grand-chose à comparer. Son dernier film d’action en direct, « Rashid & Rajab » de 2019, a été réalisé sur une période de six ans dans des lieux intimes près de chez lui, avec des acteurs et une équipe qu’il connaissait depuis des années, et des producteurs qu’il compte parmi ses amis les plus proches. « King of the Ring » était un film majeur, avec une distribution internationale – la première coproduction à grande échelle entre MBC d’Arabie saoudite, Image Nation d’Abu Dhabi et Vox Cinemas. Et même avec tout ce qui pesait sur lui, une question pressante lui vint à l’esprit : « Comment diable puis-je capturer la lutte professionnelle ? »

«J’étais un grand fan quand j’étais enfant, mais je ne m’y suis pas vraiment concentré pendant des années, et jamais avec l’œil d’un cinéaste. Mais je suis devenu obsédé. Nous avons fini par devoir construire un ring de lutte dans l’une des salles du conseil d’administration de l’hôtel, juste pour pratiquer les routines encore et encore parce que j’étais si catégorique pour comprendre ce que chaque mouvement signifiait », explique Harib.

« Dans le film, la lutte commence de manière très amateur, tant dans sa chorégraphie que dans la façon dont elle est filmée. Ensuite, au fur et à mesure que le film avance, ma meilleure réalisation vient au moment où la lutte devient également très bonne. Nous apprenions tous au fur et à mesure – nous avons grandi avec le personnage », poursuit Harib.

Le réalisateur s’est poussé plus loin qu’il ne l’avait jamais fait auparavant, guidé à travers une expérience déchirante par le désir de devenir un meilleur cinéaste qu’avant de commencer – un objectif qu’il a atteint. C’est probablement pourquoi il s’est si fortement connecté à l’âme du film, la chronique d’un homme luttant contre les limites que sa société lui a imposées.

« Cette histoire met en lumière des personnalités en difficulté – des personnes qui se battent pour trouver leur voix lorsque la société dicte que vous n’allez pas à contre-courant. Il y a autour de vous des personnages critiques qui vous disent comment vous devez agir, à quoi vous devez ressembler, comment vous devez vous trahir ou dans quel secteur d’activité vous diriger. Nous avons fait de ce film une photo de famille parce que nous voulons que les parents et les enfants voient ce voyage et gagnent quelque chose en regardant cet homme se battre pour être quelque chose de différent et réussir », déclare Harib.

Par coïncidence, ce n’est pas le premier film du Golfe cette année à traiter de la lutte professionnelle. « Sattar », de Telfaz11, a été un succès record dans le Royaume, mais est fondamentalement différent de « King of the Ring ». Alors que la sensibilité comique exagérée du premier correspondait davantage à ses origines comiques sur YouTube, le film de Harib s’adresse à un public très différent.

« La semaine dernière, l’un des intervenants de Telfaz11 est venu à notre première en Arabie saoudite, et il est venu me voir après pour me dire à quel point il était heureux d’être venu », raconte Harib. « C’était un film que les enfants devraient voir, avec un message clair. ‘Je ne peux pas recommander notre film ‘Sattar », dit l’homme, ‘s’ils n’ont pas un certain âge. C’est merveilleux que ces deux films existent ! »

‘King of the Ring’ n’est pas le premier film du Golfe cette année à traiter de la lutte professionnelle. « Sattar », de Telfaz11, a été un succès record en Arabie saoudite, mais il est fondamentalement différent de « King of the Ring ». (Fourni)

« Sattar » a redessiné à lui seul le paysage cinématographique de la région, offrant une feuille de route vers les perspectives commerciales inexploitées des films liés à l’Arabie saoudite dans le Royaume. Aux Émirats arabes unis, en revanche, « Sattar » n’a pas été aussi performant, ce qui montre qu’il reste encore du travail à faire pour créer des films qui plaisent à la fois aux Émiratis et aux Saoudiens.

« J’espère que nous arriverons à un point où nous pourrons apprécier les films des autres, mais les gens doivent savoir que même si nous faisons partie d’une même famille, nous avons des différences », déclare Harib. « Il existe de nombreuses nuances culturelles uniques. La population émiratie, par exemple, n’avait pas la même culture YouTube qui a façonné les appétits saoudiens au cours de la dernière décennie. Ce matériel est difficile à vendre à un public qui ne le connaît pas, et vice versa. Il y a beaucoup de travail à faire pour gérer ces différences. »

Et ces différences, bien sûr, sont en constante évolution. Harib travaille sur une nouvelle saison de « Freej », et il s’émerveille constamment de la différence entre le pays et le moment où il a commencé la série en 2006. Les personnages qu’il a créés existent à peine dans la vraie vie, car le peuple émirati continue d’évoluer avec le fois, et les traditions culturelles commencent à changer avec eux.

« Je travaille actuellement sur un film à ce sujet – un long métrage d’animation – et c’est mon projet passion. J’ai passé tellement de temps au service d’entreprises ou d’organisations gouvernementales, mais celle-ci est pour moi. Cela prendra du temps, cependant », déclare Harib. « Peut-être que dans cinq ans, nous pourrons nous asseoir pour une interview à ce sujet et essayer de comprendre à quel point le Golfe a encore changé. »

www.arabnews.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *