Non classé

Stratégies d'apprentissage des langues – Wikipedia – Apprendre une langue étrangère

Stratégies d'apprentissage des langues est un terme faisant référence aux processus et aux actions qui sont consciemment déployés par les apprenants d'une langue pour les aider à apprendre ou à utiliser une langue plus efficacement.[1][2] Ils ont également été définis comme «des pensées et des actions, choisies consciemment et opérationnalisées par les apprenants en langues, pour les aider à effectuer une multitude de tâches dès le début de l’apprentissage jusqu’aux niveaux les plus avancés de performance dans la langue cible».[3] Le terme langue apprenant des stratégies, qui incorporent des stratégies utilisées pour l'apprentissage et l'utilisation de la langue, sont parfois utilisées, bien que la ligne qui sépare les deux soit mal définie, car les moments d'utilisation de la langue seconde peuvent également offrir des opportunités d'apprentissage.[1]

L'histoire[[[[modifier]

Les stratégies d'apprentissage des langues ont été introduites pour la première fois dans la littérature en langue seconde en 1975, avec des recherches sur les bons apprenants en langues.[4] À l'époque, on pensait qu'une meilleure compréhension des stratégies déployées par des apprenants performants pourrait aider à informer les enseignants et les étudiants sur la manière d'enseigner et d'apprendre les langues plus efficacement. Les premières études visaient à documenter les stratégies des bons apprenants en langues. Dans les années 80, l’accent est mis sur la classification des stratégies d’apprentissage des langues. Les stratégies ont d'abord été classées selon qu'elles étaient directes ou indirectes, puis divisées en stratégies cognitives, métacognitives ou affectives / sociales.[5]

En 1990, Rebecca Oxford a publié son ouvrage phare "Stratégies d’apprentissage des langues: Ce que chaque enseignant devrait savoir", qui comprenait un "inventaire stratégique pour l’apprentissage des langues" ou "SILL".[6] qui a été utilisé dans de nombreuses recherches dans les années 1990 et au début des années 2000.

La controverse autour de questions fondamentales telles que la définition s’est accentuée à la fin des années 90 et au début des années 2000, certains chercheurs[7] renoncer à essayer de définir le concept en faveur de l’énumération des caractéristiques essentielles. Autres[8] abandonné le terme de stratégie en faveur de "l'autorégulation".

Classification des stratégies d'apprentissage des langues[[[[modifier]

Classement O'Malley et Chamot[[[[modifier]

En 1990, O'Malley et Chamot[5] élaboré une classification de trois types de stratégies d’apprentissage des langues:

  • Les stratégies métacognitives, qui impliquaient une réflexion sur (ou une connaissance du) processus d’apprentissage, une planification de l’apprentissage, un suivi de l’apprentissage en cours, ou une auto-évaluation de l’apprentissage une fois la tâche terminée.
  • Les stratégies cognitives, qui impliquent une manipulation mentale ou une transformation de matériaux ou de tâches, destinées à améliorer la compréhension, l'acquisition ou la rétention.
  • Stratégies sociales / affectives consistant à utiliser les interactions sociales pour faciliter la compréhension, l’apprentissage ou la conservation de l’information. Ainsi que le contrôle mental sur l'affect personnel qui interfère avec l'apprentissage.

Ce modèle était basé sur la théorie cognitive, ce qui a été recommandé, mais il a également été critiqué pour le caractère ad hoc de sa troisième catégorie.[8]

Taxonomie d'Oxford[[[[modifier]

Également en 1990, Rebecca Oxford a élaboré une taxonomie permettant de classer les stratégies en six catégories:[6]

  • Cognitive – faire des associations entre des informations nouvelles et déjà connues;
  • Mnémonique – faire des associations entre des informations nouvelles et déjà connues en utilisant une formule, une phrase, un verset ou similaire;
  • Métacognitif – contrôler sa propre cognition en coordonnant la planification, l'organisation et l'évaluation du processus d'apprentissage;
  • Compensatoire – utiliser le contexte pour compenser les informations manquantes en lecture et en écriture;
  • Affective – régulation des émotions, de la motivation et de l'attitude envers l'apprentissage;
  • Social – l'interaction avec d'autres apprenants pour améliorer l'apprentissage des langues et la compréhension culturelle.

Ces dernières années, ce système de classification a été critiqué pour ses problèmes de séparation des stratégies mnémoniques des stratégies cognitives, lorsque l’une est une sous-catégorie de l’autre,[8] et l'inclusion de stratégies compensatoires, qui sont liées à la manière dont un apprenant utilise la langue, plutôt que de l'apprendre.

Recherche récente[[[[modifier]

Des recherches plus récentes ont examiné les stratégies d'apprentissage de la langue dans des situations plus spécifiques au contexte,[9] plutôt que fourre-tout catégories. Ainsi, lorsque les apprenants étudient la rédaction scientifique, par exemple, ils sont susceptibles de déployer un ensemble de stratégies différent de celui utilisé pour étudier la conversation quotidienne. Les termes stratégies cognitives et métacognitives restent courants dans la recherche stratégique, mais d'autres, liés à la gestion de l'état affectif ou du milieu social de l'apprenant, ont été examinés sous le terme générique d'autorégulation.[1]

Des controverses[[[[modifier]

Premièrement, bien qu’elle ait été promue à l’origine comme un moyen d’aider les élèves à réussir dans l’apprentissage des langues, une synthèse de la recherche historique sur les stratégies d’apprentissage des langues a produit des résultats contradictoires sur la relation entre stratégies et succès de l’apprentissage des langues.[10] En fait, une grande partie de la recherche qui a émergé dans les années 90 comprenait de nombreuses études contradictoires fondées sur l’utilisation du SILL comme instrument de recherche, dont très peu répondaient à des critères de recherche rigoureux.[9]

Un deuxième problème associé à la recherche de stratégies d’apprenant en langue est le flou définitionnel des principaux concepts du domaine.[1] Des chercheurs dans le domaine, tels que Ernesto Macaro, affirment qu'il existe un manque de consensus sur les points suivants:

  • Que les stratégies se produisent à l'intérieur ou à l'extérieur du cerveau;
  • Si les stratégies de l'apprenant consistent en connaissances, intention, action ou les trois;
  • Classer les stratégies dans des cadres, des hiérarchies [or clusters];
  • Si les stratégies survivent dans toutes les situations d'apprentissage, tâches et contextes;
  • Qu'ils soient intégraux ou additifs au traitement du langage.[7]

En raison du flou des définitions des stratégies d’apprentissage des langues, les critiques ont fait valoir que tout le champ devrait être remplacé par le concept psychologique d’autorégulation.[8] Cependant, les chercheurs en stratégie d’apprentissage des langues ont fait valoir que remplacer le terrain reviendrait à «jeter le bébé avec l’eau du bain».[11] en ce sens qu'il jette 30 ans de recherche à cause de problèmes de définition. Il a également été avancé que les stratégies d’autorégulation et d’apprentissage des langues mesurent différentes parties du processus d’apprentissage et peuvent donc être utilisées en tandem pour observer de manière plus précise la manière dont les apprenants apprennent une deuxième langue.[9]

L'intérêt pour le potentiel des stratégies de promotion de l'apprentissage reste cependant fort, comme en témoignent les récents ouvrages sur le sujet,[3][12] et nombre de numéros spéciaux de revues spécialisées sur le sujet.[13][14] Une question particulièrement importante pour les éducateurs est de savoir si les apprenants peuvent tirer profit de l’enseignement stratégique, à la fois en termes d’amélioration des résultats linguistiques et d’auto-efficacité améliorée pour l’apprentissage. Par exemple, dans une étude réalisée dans le contexte anglais, Graham et Macaro (2008) [15] ont constaté une amélioration des capacités d'écoute et une amélioration de l'auto-efficacité pour l'écoute parmi les apprenants de français ayant reçu une formation en stratégies d'écoute. Une autre question importante est également la mesure dans laquelle les enseignants ont la connaissance et la compréhension de la manière d’intégrer des stratégies d’apprentissage des langues dans leur enseignement, les recherches indiquant qu’il s’agit d’un domaine de développement.[16]

Concepts associés[[[[modifier]

Les stratégies d’apprentissage des langues ont naturellement des liens étroits avec les domaines de l’autorégulation, de l’apprentissage autodirigé et de l’autonomie de l’apprenant, car elles partagent les notions fondamentales d’apprentissage autonome, d’apprentissage centré sur l’apprenant et de la nécessité pour les apprenants d’assumer la responsabilité de leur propre apprentissage.[9]

Références[[[[modifier]

  1. ^ une b c Rose, Heath (2015). "Recherche de stratégies d'apprentissage des langues". Dans Paltridge, Brian; Phakiti, Aek (éd.). Méthodes de recherche en linguistique appliquée. Bloomsbury.
  2. ^ Shatz, I (2014). "Paramètres d'évaluation de l'efficacité des stratégies d'apprentissage des langues" (PDF). Journal de l'éducation linguistique et culturelle. 2 (3): 96-103.
  3. ^ une b Cohen, Andrew (2011). Stratégies d'apprentissage et d'utilisation d'une langue seconde (2e éd.). Longman.
  4. ^ Rubin, Joan (1975). "Ce qu'un bon apprenant d'une langue peut nous apprendre". TESOL trimestriel. 9 (1): 41–51. doi: 10.2307 / 3586011. JSTOR 3586011.
  5. ^ une b O'Malley, J; Chamot, A (1990). Stratégies d'apprentissage dans l'acquisition d'une langue seconde. La presse de l'Universite de Cambridge.
  6. ^ une b Oxford, Rebecca (1990). Stratégies d'apprentissage des langues: ce que chaque enseignant devrait savoir. NY: Newbury House Publisher.
  7. ^ une b Macaro, Ernesto (2006). "Stratégies pour l'apprentissage et l'utilisation des langues: révision du cadre théorique". Journal de langue moderne. 90 (3): 320–337. doi: 10.1111 / j.1540-4781.2006.00425.x.
  8. ^ une b c Dornyei, Zoltan (2005). La psychologie de l'apprenant en langues: différences individuelles dans l'acquisition d'une langue seconde (PDF). Mahwah, NJ: Lawrence Erlbaum Associates.
  9. ^ une b c Rose, Heath (2012). "Recherche sur la stratégie d'apprentissage des langues: où allons-nous d'ici?" (PDF). Études sur l'autoapprentissage. 3 (2): 137–148.
  10. ^ Macaro, Ernesto (2010). "La relation entre le comportement stratégique et le succès de l'apprentissage des langues". Dans Macaro, Ernesto (ed.). Accompagnement de Continuum à l'acquisition d'une langue seconde, Continuum. Londres: Continuum.
  11. ^ Rose, Heath (2012). "Reconceptualiser l'apprentissage stratégique face à l'autorégulation: lancer des stratégies d'apprentissage des langues avec l'eau du bain". Linguistique appliquée. 33 (1): 92–98. doi: 10.1093 / applin / amr045.
  12. ^ Oxford, Rebecca (2011). Enseignement et recherche de stratégies d'apprentissage des langues. Harlow: Éducation Pearson.
  13. ^ "Numéro spécial sur les stratégies et l'autorégulation dans l'apprentissage par l'auto-accès" (PDF). Études sur l'autoapprentissage. 3 (4). 2012.
  14. ^ Oxford, Rebecca; Griffiths, Carol (éd.). "La recherche sur la stratégie d'apprentissage des langues au XXIe siècle: perspectives et innovations". Système. 43.
  15. ^ Graham, Suzanne; Macaro, E (2008). "Instruction en stratégie à l'écoute pour les apprenants du français de niveau intermédiaire inférieur". Apprendre une langue. 58 (4): 747–783. doi: 10.1111 / j.1467-9922.2008.00478.x.
  16. ^ Graham, Suzanne; Santos, D (2015). Stratégies pour l’écoute de la langue seconde: scénarios actuels et amélioration de la pédagogie. Basingstoke: Palgrave.

Lectures complémentaires[[[[modifier]

  • Cohen, A. et Macaro, E (2007). Stratégies d'apprentissage. Oxford: Oxford University Press.
  • Dornyei, Z. & Skehan, P. (2003). Différences individuelles dans l'apprentissage de la langue seconde. Dans C. Doughty et M. Long (Eds), Manuel d’acquisition d’une langue seconde (p. 589–630). Oxford: Blackwell.
  • Griffiths, C. (2008). Stratégies et bons apprenants de langue. Dans C. Griffiths (Ed.), Lessons from Good Language Learners (p. 83 à 98). Cambridge: Cambridge University Press.
  • Rasekh, Z. & Ranjbary, R. (2003). Formation en stratégie métacognitive pour l'apprentissage du vocabulaire, TESL-EJ, 7 (2), 1-18.
  • Vann, R. et Abraham, R. (1990). Stratégies des apprenants en langues qui échouent. TESOL Quarterly, 24/2, 177-198.

Liens externes[[[[modifier]

Conseils d'apprentissage linguistique


01366

You may also like

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Non classé