Apprendre l'espagnolNon classé

L'apprentissage des langues étrangères commence plus tôt, mais peu ont le choix | Yle Uutiset – Apprendre l’espagnol



Niilo Luikku et Mikaela Leppälä s'entraînent en anglais en lançant un dé.

Image: Kalle Niskala / Yle

Depuis le début de l'année, les enfants de toutes les écoles finlandaises commencent à étudier leur première langue étrangère en première année. Même si cela vise à renforcer la maîtrise des langues étrangères, il existe un risque que cela conduise également à un rétrécissement de la gamme des langues étudiées au cours des années ultérieures.

En raison des restrictions budgétaires du gouvernement local, la majorité des écoles du pays ne peuvent offrir aux élèves de première année qu’une seule langue, le plus souvent l’anglais.

L'Agence nationale pour l'éducation et le syndicat des enseignants, l'OAJ, y voient une possibilité de promouvoir des inégalités qui pourraient poser problème dans l'enseignement ultérieur.

"La Finlande est un grand pays et les situations varient dans différentes localités du pays. Il en résulte que les enfants n'ont pas la même préparation pour poursuivre leurs études ou entrer dans la vie active", explique Pauliina Viitamies, experte de l'OAJ.

Les entreprises et l'industrie finlandaises ont besoin d'employés possédant un large éventail de compétences linguistiques. Selon l'Agence nationale pour l'éducation, la maîtrise de la population dans un certain nombre de langues différentes n'est pas possible si les écoles locales ne peuvent pas offrir un large éventail de cours de langue.

"Les parents doivent également être assez audacieux pour exiger et choisir des langues autres que l'anglais", souligne Terhi Seinä, conseiller à l'Agence nationale pour l'éducation.

Tampere proposant 7 langues

Dans la pratique, répondre aux appels pour élargir le menu des langues disponibles pour les élèves de première année nécessite plus de formation des enseignants, une coopération entre les écoles et les garderies, et éventuellement une réduction des classes. Il devrait également inclure l'assurance que les enfants peuvent continuer avec une langue choisie dans les années ultérieures.

La ville de Tampere a été un précurseur dans l'enseignement des langues. La maîtrise des langues étrangères fait officiellement partie de sa stratégie de développement et constitue un objectif d'investissement pour la dernière décennie.

Par exemple, contrairement à la plupart des régions du pays, les élèves de première année à Tampere peuvent choisir une première langue étrangère parmi une liste de sept. Cette liste comprend l'anglais, le suédois, l'allemand, le français, l'espagnol, le russe et le chinois.

Les enfants des crèches de la ville sont initiés à ces différentes langues par le jeu. Une heure de la journée de jeu, une fois par semaine, est dispensée dans une langue étrangère. Toutes les huit semaines, la langue change.

Le coordinateur de Tampere pour l'apprentissage des langues étrangères Outi Verkama dit que la routine a produit des résultats. Un écolier sur trois dans le système éducatif de la ville a choisi une langue autre que l'anglais comme première langue étrangère.

Enseignants passionnés

L'introduction des études linguistiques à un âge plus précoce vise à tirer parti de la facilité naturelle avec laquelle les jeunes enfants apprennent la langue, tout en réduisant les effets des disparités dans le contexte régional et socio-économique. Le personnel enseignant a été sensible au changement.

Des centaines d'enseignants et d'enseignants spécialisés en langues ont suivi des cours de formation continue pour se préparer à travailler avec des élèves de première année.

L'histoire continue après la photo.


Saara Tölli.

L'enseignante Saara Tölli aimerait voir plus de langues disponibles pour ses élèves de première année.

Image:
Kalle Niskala / Yle

Saara Tölli, enseignante de première année à l'école primaire du village de Lohtaja à Kokkola en Ostrobotnie centrale, enseigne l'anglais à sa classe. Auparavant, elle a travaillé à Lahti avec des cours axés sur l'allemand comme première langue étrangère.

«Il serait bon qu'un plus large éventail de langues soit enseigné. L'anglais est important, mais de nombreuses autres langues aussi», déclare Tölli.

Deux de ses élèves de première année, Lenni Lukkarila et Leevi Palola, disent qu'ils choisiraient l'anglais dans tous les cas.

"C'est peut-être le plus simple", déclare Lenni.

"L'anglais est correct, mais le suédois l'est aussi", tel est le verdict de Leevi.

087

You may also like

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *