Un monde de connaissance – Apprendre l’espagnol

Un monde de connaissance

Les langues à l'honneur dans la nouvelle académie

Par TRAVIS M. WHITEHEAD

Rédacteur

HARLINGEN – Bonjour.

Hola, bonjour, ni hao.

Si vous souhaitez apprendre à dire bonjour en espagnol (assez facile), en français ou en chinois mandarin, la World Languages ​​Academy de Vernon Middle School est faite pour vous. Les étudiants peuvent même apprendre à dire bonjour sans le dire, en utilisant plutôt un geste de la main pour communiquer en langage gestuel américain.

Mais vous devez être un élève de sixième, comme Kristen Casares, l’une des cent étudiants inscrits pour la première année de l’académie.

«Je pense que c’est bien que d’autres étudiants puissent apprendre une langue différente et avoir d’autres possibilités», a déclaré Kristen, 11 ans, qui suit le français.

"Je profite de l'occasion pour de futurs voyages", a-t-elle déclaré. "Je veux vraiment visiter la Tour Eiffel."

Elle a dit qu'elle était un peu inquiète d'avoir tant de devoirs à faire, et l'enseignante de français Berenice Sainz, 25 ans, a concédé qu'il en aurait beaucoup.

«La pratique rend parfait», dit-elle avec un sourire.

Bérénice est née aux États-Unis mais a grandi à Matamoros jusqu'au collège, puis a déménagé dans la vallée. Par conséquent, sa langue maternelle était l'espagnol, puis elle a appris l'anglais. Elle était donc déjà très jeune pour la langue.

Elle a emporté ce pouvoir avec ce qui était alors l'Université du Texas à Brownsville où elle a obtenu deux diplômes de licence, l'un en anglais et l'autre en français.

Elle a fait une étude à l'étranger en France puis a voyagé à travers l'Europe pendant deux mois en 2013.

«Je suis retournée l'été prochain mais en Espagne. L'été prochain, j'ai également étudié à l'étranger, puis voyagé à travers l'Europe: Londres, la France, la Grèce, la Turquie», a-t-elle déclaré.

À l’école, elle étudie l’histoire, la culture, l’art, le cinéma, la philosophie et la littérature françaises, ce qui est très utile lors de ses voyages.

«Ce fut simplement une expérience incroyable d'apprendre puis d'appliquer réellement mes connaissances», a-t-elle déclaré.

Décoller à travers l'Europe était un peu intimidant.

«C'était une toute autre expérience que de se jeter dans l'inconnu, mais en même temps, c'était une belle expérience», a-t-elle déclaré. "J'ai eu cette opportunité de le pratiquer, de le vivre, d'en apprendre plus à ce sujet et de l'observer au quotidien."

Lorene Torres a observé quotidiennement la langue des signes américaine chez ses amis alors qu'elle grandissait à McAllen.

«J’ai grandi à McAllen, dans la partie sud, et c’est là que se trouve la communauté des sourds», a déclaré Lorene, 47 ans.

Elle connaissait certains des enfants et avait appris à communiquer avec eux par la langue des signes. Elle avait donc déjà une longueur d'avance lorsqu'elle l'avait étudiée à l'université. Et maintenant, elle est prête à partager ses connaissances avec les étudiants de Vernon.

«Je suis vraiment excitée», a-t-elle dit. "C’était en fait un de mes objectifs que je voulais atteindre et j’ai maintenant cette opportunité", a-t-elle déclaré.

Une partie de l’enseignement linguistique inclura l’éducation culturelle. Cette application est évidente dans les langues parlées, mais comment l'appliquera-t-elle en langue des signes?

Eh bien, la communauté des malentendants a définitivement sa propre culture.

«Ils ont leurs propres clubs, leurs propres médias, leurs propres activités et leurs églises», a-t-elle déclaré. «Les enfants vont devoir apprendre à faire des gestes, à jouer à des jeux de rôle. Ce sont les expressions du visage, les mouvements du corps. "

Les étudiants qui étudient le chinois mandarin apprendront de Chinnei Teng, originaire de Taïwan. Elle aura pour défi supplémentaire d'enseigner aux élèves un type d'écriture complètement différent.

«En anglais, vous prenez juste le A à Z», dit-elle. «Les différentes lettres que vous avez rassemblées pour former un mot. Lorsque vous écrivez en chinois, vous devez suivre l'ordre des traits. Le premier semestre, ils vont apprendre 147 caractères. "

Elle a dit qu’apprendre à parler chinois ne serait pas aussi difficile. Elle utilisera ce qu’elle a appelé le système «pinyin» – un système de romanisation pour le chinois standard – pour enseigner les sons.

Laisser un commentaire