Apprendre l'espagnolNon classé

Mini série gratuite sur l'apprentissage des langues – Épisode 4 – Émotions et apprentissage des langues

David Mansaray: Bonjour et bienvenue dans un autre épisode de cette minisérie présentée par Luca Lampariello et le vôtre, David Mansaray. Aujourd’hui, nous allons parler de quelque chose qui me tient à cœur, à savoir les émotions et l’apprentissage des langues . Pour être plus précis, quel rôle les émotions jouent dans votre succès en apprenant une langue et quelles sont certaines des choses que nous pouvons expérimenter, chose dont je ne pense pas qu’on en parle assez parce que je le vois chez beaucoup de gens où leurs émotions les contrôlent plus, ne leur permettant pas de prendre leur apprentissage à la prochaine étape.

Donc, avant de commencer, je dois saluer Luca! Comment allez-vous aujourd’hui Luca?

Luca Lampariello: Bonjour David! Je vais bien, je vais bien. Le temps est fantastique. Je sais que je le mentionne tout le temps, mais la météo joue un rôle important dans ma vie. Si le temps le permet, je me sens bien aussi.

David: Pour ceux d’entre vous qui écoutez ceci, c’est la deuxième fois que j’enregistre, et j’ai mentionné que Luca mentionnait toujours le temps qu’il faisait. Donc, si vous revenez à une interview, lui et moi avons enregistré ou visionnons une vidéo sur YouTube et que quelqu’un dise «Comment allez-vous, Luca?» Et c’est «Ouais, il fait très beau, vous savez. Il fait beau. Je suis à Rome ou à Paris.  »

Luca: C’est vrai.

David: D’accord, allons donc droit au but. Donc, Luca, ma première question va être quelque chose de très général mais je pense que c’est un bon endroit pour commencer. Et quel est le rôle des émotions dans l’apprentissage d’une langue?

Luca: Ah, bon, je ne dirais pas que c’est tout, mais je dirais que cela joue un facteur énorme. Maintenant, quand nous pensons à l’éducation en général, par exemple si vous allez à l’école, si vous allez à l’université ou, vous savez, vous avez un enseignant, je pense souvent que cet aspect est négligé parce que je pense qu’apprendre à assembler des mots, apprendre des mots, apprendre à prononcer des mots et tout ce qui concerne la partie strictement linguistique de l’apprentissage d’une langue est formidable et, évidemment, il est important. Mais je pense aussi que s’occuper des émotions et apprendre aux gens à contrôler leurs émotions et à en tirer le meilleur parti est l’un des aspects les plus importants de l’apprentissage des langues , et c’est souvent l’un des aspects les plus négligés du langage. apprentissage. Ainsi, l’une des choses que je fais avec mes étudiants, par exemple, c’est que, parce que je suis coach de langue, comme certains d’entre vous le savent, c’est pour les former d’un point de vue psychologique. Lorsque vous tenez une conversation, David, et je pense que vous avez remarqué que, même si vous parlez votre propre langue maternelle, nous faisons inconsciemment beaucoup de choses dont nous ne sommes même pas conscients, vous savez, par exemple, comment nous bougeons les yeux. , comment nous devenons émotifs dans certaines situations. Souvent, les émotions peuvent nous gêner, nous empêcher de communiquer comme nous voudrions communiquer avec d’autres personnes, ce qui est encore plus évident quand il s’agit de parler une langue étrangère car, en tant qu’adulte, je ne parle pas d’enfants, Les adultes en général, lorsque nous essayons de nous faire comprendre dans une langue étrangère, nous nous sentons souvent jugés par les autres et nous avons souvent le sentiment que parler une langue est une sorte de performance. Donc, parfois, le fait de se sentir jugé nous empêche de faire de notre mieux , vous savez, et si vous ne formez pas les gens, si vous dites aux gens comment apprendre les mots, comment parler, mais alors vous ne les formez pas pour maîtriser leurs sentiments et comment en tirer le meilleur parti, la performance, je ne considère pas cela comme une performance, mais notre capacité à communiquer en général va être diminuée, ne sera pas aussi bonne que si nous avions réellement a su communiquer et contrôler nos sentiments en même temps .

David: Absolument, et vous savez, l’une des choses que j’ai réalisée en moi-même, ainsi que dans d’autres apprenants, est que lorsque vous commencez avec une langue, un élément qui empêche vraiment les gens de commencer, c’est ce sentiment de embarras ou sentiment extrêmement gêné, vous savez, inquiet de la façon dont ils prononcent la langue ou de la grammaire. Toutes ces sortes de choses se passent dans l’esprit d’une personne lorsqu’elle commence et je me demande si, vous savez, … avant tout, avant de vous demander conseil, avant de commencer veux dire, Luca, est-ce que tu le vis aussi? Parce que je sais qu’il y aura des gens qui écouteront ça … « ah, Luca, Luca le polyglotte, etc., bla, bla, blah, tu sais, il parle bien les langues, mais … » Faites-vous l’expérience de ces sortes d’émotions lorsque vous décidez d’apprendre une nouvelle langue ou êtes-vous invincible?

Luca: Depuis que je suis un être humain comme tout le monde. Oui je…

David: vraiment?

Luca: Eh bien, je dis toujours que nous sommes un paquet d’émotions, vous savez, peu importe ce que nous pensons, notre vie quotidienne est comme un voyage et nous vivons en éprouvant tant d’émotions en général, alors oui, cela m’arrive bien, en particulier dans les premières étapes de l’apprentissage des langues. Quand j’apprends une langue, quand je viens juste de commencer à apprendre une langue, en fait, vous savez, c’est très … vous vous sentez un peu fragile. Cela signifie que lorsque, par exemple, lorsque vous essayez pour la première fois, votre première tentative de conversation avec un locuteur natif, si, malheureusement, vous tombez sur une personne désagréable, il y a des gens désagréables dans ce monde, malheureusement, cela peut être dévastateur pour votre apprentissage linguistique. Imaginez que vous appreniez une langue, le français par exemple, depuis trois semaines ou un mois, et que vous essayez de parler à une personne pour la première fois et que vous tombiez sur une personne qui vous corrige tout le temps, mais ne le fait pas. vous donner des critiques constructives, mais vous critique et vous fait sentir mal. Vous savez, il est arrivé à chacun d’entre nous, et pas seulement lors de l’apprentissage des langues, que nous tombons sur une personne qui nous a mis mal à l’aise. Vous est-il déjà arrivé, David, que vous soyez mal à l’aise avec certaines personnes?

David: Absolument. Vous leur parlez avec certaines personnes et vous voulez simplement vous enfuir, vous savez, vous ne voulez pas revenir en arrière. Absolument. Et puis nous avons ces gens que vous ne savez pas de quoi il s’agit, mais ils ont ce que j’appellerais une personnalité magnétique et vous êtes simplement attirés par eux et ils vous font juste ressentir …

Luca: Exactement. Un des premiers conseils que je voudrais donner est d’abord, le contact humain est extrêmement important dans votre croissance personnelle aussi bien que dans votre croissance, vous savez, bien quand nous parlons d’apprentissage des langues et de vos progrès linguistiques, et je pense que L’un des tout premiers conseils que je voudrais donner est de ne pas vous entourer de livres, mais de vous entourer de gens qui en savent plus que vous. Qui, vous le savez, est un conseil général, il ne s’agit pas que d’apprentissage des langues. Si vous vous entourez de personnes qui vous font sentir bien dans votre peau , votre expérience d’apprentissage en général, encore une fois, je ne parle pas seulement d’apprentissage des langues, sera renforcée. Et c’est ce que j’ai essayé de faire ces trois dernières années. Je viens de faire un léger changement dans ma stratégie. Je n’ai pas changé de stratégie. J’ai ajouté un ingrédient connu à la recette, ce qui signifie qu’avant de commencer, je pensais qu’apprendre seulement avec des livres pendant une certaine période, disons de trois à six mois, était formidable, à présent avec des livres et une technique efficace. J’essaie de parler sur Skype, via Skype, si je le peux, mais si je peux aussi me retrouver face à face avec des personnes intéressantes qui résonnent en moi et me font sentir bien dans ma peau et dans notre relation. Et je remarque que, ce faisant, je pense à Michal, mon tuteur de polonais. Il est juste, c’est une personne fantastique. Chaque fois que vous lui parlez, vous ne vous sentez jamais, vous ne vous sentez jamais jugé, vous recevez toujours des critiques constructives et cela m’a tellement aidé avec le polonais parce que je viens de le remarquer avec un livre, comme Assimil ou autre, si vous parlez à une personne vous fait sentir bien dans votre peau, alors vous apprenez si vite et tellement mieux parce que vous voulez partager votre expérience personnelle . Donc, ce que nous faisons est extrêmement simple, et je suggère à tout le monde de le faire, c’est que, par exemple, vous n’activez que Skype et que vous allez simplement parler de vous, de votre moi, de vos sentiments, de vos Les émotions, vos désirs, et chaque fois que cela se produit, vous sentez que vous voulez vraiment communiquer vos idées, vos émotions, vos expériences à une autre personne qui vous comprend, et vous apprendrez beaucoup de mots, d’expressions à la suite. Ce n’est pas un apprentissage délibéré. C’est une conséquence de résonner avec une autre personne .

David: Absolument, et je peux appuyer ce que vous dites à propos de Michal. J’ai passé du temps avec lui en Pologne et il est vraiment un gars extraordinaire. Toute personne qui étudie le polonais doit absolument se rendre à Michal. Ok, alors, je suppose que le prochain point que je veux vraiment aborder est, vous savez, comment on surmonte vraiment certains de ces obstacles, vous savez, des barrières psychologiques et, vous savez, je parle d’autres choses, comme être inquiet votre prononciation, votre grammaire. Nous avons parlé de faire en sorte que vous trouviez les bonnes personnes pour nous aider et, alors, à quoi cela ressemble-t-il pour la plupart des gens? Est-il difficile de trouver quelqu’un qui soit le bon partenaire pour nous aider à passer à l’étape suivante ou quelle est votre expérience à ce sujet, vous savez, quelque chose que vous avez observé chez les apprenants, que vous avez observé dans général?

Luca: Je pense que le processus est double, ce qui signifie que vous devez, d’une part, trouver les bonnes personnes à qui parler. Comment trouvez-vous les bonnes personnes? Tout d’abord, comme je l’ai déjà dit, Internet est un trésor, pas seulement pour le matériel linguistique, mais également pour les ressources humaines. Cela signifie que de nombreux sites offrent la possibilité d’entrer en contact avec des personnes intéressantes. Mais ensuite, c’est à nous de décider qui va résonner avec nous. Donc, ce que je suggère, c’est qu’il s’agit d’un processus d’essais et d’erreurs dans le cadre duquel nous devons essayer de trouver les personnes en qui nous pouvons avoir confiance et que nous aimons vraiment . Et, c’est, comme je l’ai déjà dit, quelque chose que vous devez essayer et ensuite, peut-être que si vous n’aimez pas cette personne, essayez d’en trouver une autre. C’est assez important. Comment tu fais ça? Eh bien, c’est assez simple. Tu le sens. Vous sentez quand vous aimez quelqu’un et vous sentez quand vous n’aimez pas quelqu’un; bonnes et mauvaises vibrations – cela arrive. Quand quelqu’un vous corrige et que vous ne l’avez même pas demandé ou vous donne de mauvaises critiques, alors probablement cette personne n’est pas pour vous. Ou si vous n’aimiez pas la façon dont ils vous ont regardé lorsque vous parlez lorsque vous utilisez l’appareil photo, c’est également important. Parce que nous considérons toujours que l’apprentissage d’une langue est un flux entre deux personnes, un flux de mots, un flux de sons, mais je pense que les expressions de visage sont également très importantes. Donc, il y a certaines choses qui vous rendent mal à l’aise, et si cela se produit, vous devriez trouver une autre personne . Ainsi, par exemple, il existe un site Web appelé Language Exchange où vous pouvez envoyer des courriels. Vous pouvez réellement rechercher des personnes. Vous pouvez consulter leur profil et ensuite envoyer un courrier électronique. S’ils vous recontactent, vous pouvez convenir, organiser une réunion Skype ou même une réunion en personne, car vous pouvez trouver des personnes dans votre propre ville, puis vous ne les rencontrez que sur Skype ou en personne. face, en personne, et ensuite vous déciderez si ces personnes sont bonnes pour vous ou non. Ne vous sentez pas mal si vous rencontrez une personne et que vous ne trouvez pas que vous ne pensez pas qu’ils pourraient être de bons partenaires linguistiques, alors vous dites bien que c’était génial, mais j’ai d’autres poissons à fouetter et vous en trouverez une autre. la personne. Il est extrêmement important de trouver une personne que vous aimez. Si vous, vous savez, si vous commencez à parler à une personne et que vous sentez alors qu’il serait impoli de ne plus leur parler, ce serait une grave erreur, car votre processus d’apprentissage linguistique dépendra de l’interaction que vous avez avec les gens. . Et lorsque vous parlez pour la première fois, lorsque vous commencez à apprendre une langue, au cours des trois premiers mois peut-être, vous êtes fragile psychologiquement, car vous vous sentez jugé et si quelqu’un vous donne une très mauvaise réponse, ce sera un désastre, ce sera un coup dévastateur pour votre processus d’apprentissage des langues. Je ne connais pas David s’il vous est déjà arrivé de rencontrer une personne avec qui vous vous sentiez mal à l’aise.

David: Bien, pour être honnête, oui, ça arrive. C’est arrivé plusieurs fois. Et avec l’apprentissage des langues, je trouve qu’il est assez difficile, du moins dans mon cas, de trouver les bonnes personnes qui pourront me donner le type de conversation que je recherche pour m’aider à élargir mes activités dans différents domaines, parce que je trouve qu’avec l’apprentissage des langues parfois, ou avec un échange linguistique, vous pouvez parler, parler, parler encore et encore des mêmes choses et si vous n’avez pas grand-chose en commun avec la personne, cela peut être difficile et je pense cela fait partie de la résonance avec une personne, en veillant à ce que vous ayez des choses en commun.

Luca: Je veux juste ajouter une chose très importante. Vous savez, vous avez mentionné le fait que vous répétez toujours les mêmes choses. Maintenant, une suggestion est que l’avantage de résonner avec une personne et de parler avec cette personne pendant une longue période, donc d’établir de bonnes relations, au lieu d’avoir trente amis de langue, pour ainsi dire, est le fait que nous avons beaucoup de gens. pour parler à la plupart du temps, la conversation est assez superficielle. Si vous parlez à trop de personnes, vous savez, toutes ces choses-là, comme «comment allez-vous?», «Je vais bien», «il fait beau», etc., ils continuent à venir et vous n’apprenez pas, vous pas avancer. Eh bien, avec une autre personne, lorsque vous établissez une certaine relation, vous ne parlez que d’une chose et vous passez ensuite à l’autre. C’est le premier avantage, donc vous couvrez plus de sujets, vous voulez parler de plus de sujets avec la personne avec laquelle vous êtes en résonance, vous savez. Et la deuxième chose très importante est l’une des plus grandes erreurs que font les gens, c’est qu’ils ne sortent pas de leur zone de confort . Maintenant, puisqu’ils pensent que l’apprentissage d’une langue, ils considèrent (pas tout le monde, mais beaucoup de gens) l’apprentissage d’une langue, en particulier au début, comme une performance. Ils ont tendance à recourir à des expressions et à des mots qu’ils connaissent déjà au lieu de s’aventurer dans un terrain inconnu, car cela les met un peu mal à l’aise. Mais, ce qu’ils devraient faire, c’est ce que je dis toujours à mes étudiants, essayez de dire autant de choses que vous pouvez que vous ne savez pas comment dire, car quand vous ne pouvez pas dire quelque chose, ce n’est pas une mauvaise chose. Vous allez apprendre beaucoup en obtenant des commentaires constructifs. Donc, d’une part, vous apprenez de nouveaux mots et, d’autre part, vous développez vos connaissances, et de l’autre, vous affinez vos connaissances en obtenant des retours positifs et en tirant des enseignements. Une attitude positive, vous savez, cela peut sembler un peu banal, car on dit toujours ça, mais l’attitude est tout. Quelqu’un vous corrige et vous ne devriez pas vous sentir jugé ou blessé par le fait que vous n’avez pas bien fait les choses. Vous devriez être heureux d’avoir appris quelque chose de nouveau et que quelqu’un vous ait aidé, vous savez, à le peaufiner. Parce que, si personne ne vous corrige, vous n’apprendriez pas.

David: Et donc, il semble que ce que vous me dites, c’est que l’apprentissage d’une langue est une chose à laquelle nous allons constamment échouer pour réussir, ou presque. Ce qui est un paradoxe intéressant, c’est que vous devez vraiment échouer pour réussir. Et, je pense que beaucoup de gens ont cette peur de faire face à cet échec et c’est pourquoi ils se retrouvent enfermés dans leur zone de confort et ne sortent pas. Et donc, ce que vous dites, c’est qu’il est très important de maîtriser vos émotions dans ce sens et peut-être de laisser aller votre ego et d’accepter cela pour améliorer ce que vous devez faire est, vous savez, prendre du recul et échouer beaucoup.

Luca: Je dirais que les meilleurs polyglottes ou les meilleurs apprenants d’une langue ont accompli deux choses. Premièrement, ils ont trouvé une méthode qu’ils apprécient et, deuxièmement, ils ont surmonté leur sentiment d’échec et ils ont en fait compris, d’abord, le fonctionnement de leur cerveau, non seulement du point de vue linguistique, mais aussi du point de vue émotionnel. C’est assez important.

David: Je pense que c’est quelque chose de très intéressant car j’ai l’impression, et je n’ai aucune preuve, mais je le crois quand même, je n’ai pas de données, mais beaucoup de gens semblent penser que, vous savez, tous les polyglottes Ils ont du talent avec les langues et, vous savez, nous ne voyons pas ce processus de lutte et la levée de tous ces obstacles qui doivent être surmontés pour vraiment réussir. Et donc, je suis curieux, vous savez, Luca dans votre cas, est-il difficile de sortir constamment de votre zone de confort? Parce que je sais que beaucoup de gens, vous savez, vous admirent en tant qu’apprenant en langues. Mais nous ne voyons pas trop vos luttes. Je suppose que je me souviens avoir vu une vidéo ou une piste audio où vous vous battiez avec le polonais au tout début et qui, en général, luttiez-vous constamment pour sortir de votre zone de confort? Est-ce que le processus d’apprentissage d’une langue vous met mal à l’aise? Et la raison pour laquelle je veux en parler est peut-être de faire la lumière parce que je pense que chaque fois que nous regardons quelqu’un qui réussit dans à peu près n’importe quel domaine, nous voyons les résultats, les fruits de son travail, mais nous ne voyons pas le travail qui va dans la production de ces fruits savoureux. Alors, comment ça se passe pour toi Luca?

Luca: Eh bien, sortir de la zone de confort signifie se battre, car c’est comme ça que nous apprenons , vous savez. Je ne suis pas neuroscientifique mais j’ai lu un article intéressant sur le fait que, lorsque nous débutons une lutte, nous créons des réseaux de neurones, de nouveaux réseaux de neurones, et chaque fois que nous essayons de lutter et de nous rappeler un mot, nous ‘ Essayez de saisir un mot, lorsque nous avons une conversation ou lorsque nous essayons d’apprendre la prononciation d’un nouveau mot, nous nous débattons. Alors, bien sûr, je me bats comme tout le monde. Le fait que vous puissiez voir le fruit de mon travail, comme vous l’avez dit, n’est évidemment que le résultat de beaucoup de difficultés. Je suis un être humain comme tout le monde et je lutte beaucoup. Vous savez, si vous faites quelque chose de bien, vous devez l’avoir mal fait auparavant . Cela ne fait aucun doute. Quand nous apprenons, cela signifie d’une certaine manière que nous luttons, mais nous devons faire attention à la façon dont nous définissons les mots, car lorsque les gens disent, par exemple, «oh, vous avez travaillé si dur», c’est ce qu’ils disent. Je n’aime pas trop ce mot parce que je ne le considère pas du tout comme un travail difficile. Cela peut être difficile, mais pour moi ce n’est pas un travail difficile, car quand vous aimez quelque chose, vous n’y pensez même pas. Évidemment, bien sûr, je me bats, mais la principale différence est que, toujours avant d’avoir une conversation, surtout sur Skype, je m’assure toujours de parler de quelque chose qui m’intéresse. Donc, si vous parlez à propos de quelque chose qui t’intéresse vraiment et que tu veux faire passer, tu oublies de lutter, parce que tu veux vraiment communiquer , tu veux vraiment dire à l’autre personne «tu sais ce que j’ai fait aujourd’hui? J’ai eu une bonne expérience », alors peu importe si vous ne trouvez pas un mot. Peu importe si vous le prononcez mal. Une suggestion, un conseil que je donne toujours, est d’enregistrer vos conversations. Toujours faire ça. Vous verrez que la deuxième étape, ce qui signifie que lorsque vous vous écoutez, vous savez que les gens ont peur de leur propre voix. Une personne qui n’a jamais enregistré sa propre voix, maintenant je m’y suis habituée, mais la toute première fois que j’enregistrais ma propre voix, je me suis dit: «ça alors, c’est moi?» Et j’ai remarqué que chaque élève de ma eu la même chose, le même sentiment. Enregistrez votre voix et vous verrez que lorsque vous écoutez votre propre conversation ou la conversation que vous avez eue avec une autre personne, vous serez en mesure de vous concentrer sur les détails , les rouages ​​de base, mais lorsque vous avez une conversation en direct, votre cerveau en a être aux prises avec trop de choses et d’oublier de nouvelles choses. Mais vous aurez la possibilité de vous écouter et de combler les lacunes. Maintenant, la technologie nous donne beaucoup de possibilités. Utilisez-les , vous savez. C’est ce que je suggère.

David: Alors, pour relier cela au thème principal de notre conversation d’aujourd’hui, nous pouvons utiliser la technologie comme un moyen de nous préparer à ces situations stressantes. Utilisez donc l’exemple que vous venez de donner concernant votre propre enregistrement. Si vous trouvez cela un peu difficile, je dirais, de parler aux gens, vous pouvez peut-être utiliser la technologie pour vous préparer à ce processus et cela peut être un moyen de contrôler vos émotions. Et vous savez que je viens de faire une recherche rapide en ligne parce que je me suis souvenu d’une citation d’un peintre, poète et sculpteur italien, Michelangelo. Il a dit que « si vous saviez combien de travail a été nécessaire, vous n’appelleriez pas cela un génie. »

Luca: Exactement. Exactement. David, laisse-moi te dire une dernière chose que j’ai presque oublié de dire. C’est très important. Maintenant, vous avez la première étape , qui est une conversation en direct avec quelqu’un et cela se passe dans la vie réelle ainsi que sur Skype. Ensuite, vous avez la deuxième étape , la révision, ce qui signifie que vous pouvez vous écouter vous-même en train de converser et que vous allez avoir un autre point de vue, car vous avez le temps de voir comment vous parlez. Vous vous voyez vous-même d’un point de vue extérieur et c’est un avantage considérable, car vous pouvez vous concentrer sur les autres, sur les rouages, comme ils l’appellent. Et puis, à la troisième étape , vous pouvez réellement vous préparer , vous pouvez parler au microphone et réfléchir. Par exemple, supposons que vous vouliez parler de Barcelone parce que je sais que vous aimez vraiment cette ville, n’est-ce pas? Supposons donc que, pour une raison quelconque, vous avez des difficultés à parler aux gens et à vous exprimer lorsque vous parlez de Barcelone, car il y a trop de choses à dire, etc., etc. Ce que vous pouvez faire, vous pouvez aimer, Supposons que vous ayez un partenaire linguistique ou une personne à qui vous aimez vraiment parler. Créez simplement un enregistrement de vous-même. Il suffit de se lever et ensuite de parler au microphone. Vous n’avez pas le stress de faire passer votre message parce que vous savez qu’à tout moment si vous n’aimez pas l’enregistrement, vous pouvez simplement l’effacer, vous savez. Donc, vous pouvez réellement vous préparer. Vous ne parlez pas à vous-même. D’une certaine manière, vous vous parlez à vous-même parce que vous parlez au microphone, mais vous savez par contre que vous confiez l’enregistrement à quelqu’un d’autre. Vous faites réellement passer votre message à un autre être humain. Donc, d’une part, vous avez l’avantage de parler à un être humain sans vraiment parler à un être humain, et d’autre part, vous vous sentez libre. Vous êtes moins stressé parce que vous ne parlez qu’à un microphone et que vous pouvez effacer cet enregistrement, cette production à tout moment, et c’est énorme, c’est une aide considérable. Tous mes étudiants font cela, vous savez, ils m’envoient des enregistrements qui parlent de tout ce dont ils veulent parler. Ils se préparent et on peut dire qu’ils sont moins stressés et qu’ils peuvent parler de beaucoup mieux que s’ils discutaient en direct avec moi.

David: Ainsi, certaines des choses dont nous avons discuté aujourd’hui sont des moyens de contrôler l’aspect émotionnel de l’apprentissage d’une langue. Il peut s’agir d’avoir une conversation en direct avec une personne, peut être considéré comme quelque chose qui peut être considéré, pour la plupart des gens, stressant au début, et, donc, des moyens pour réduire le stress que nous ressentons et éventuellement éliminer, sont par le numéro un, en nous assurant de parler à quelqu’un avec qui nous sommes vraiment en contact , que nous ne pensons pas nous juger, qui va nous corriger et nous aider de manière positive, constructive, qui nous fera nous sentir bien. Trouver cette personne peut prendre un certain temps, mais vous ne devriez pas vous sentir mal à propos, vous savez, sauter une personne et, vous savez, dire que ce n’est pas la bonne personne pour moi. J’aime dire que l’apprentissage d’une langue est un processus de découverte et que vous savez, trouver le bon partenaire linguistique en fait également partie. Nous pouvons également utiliser la technologie pour nous préparer aux conversations en direct, en sortant de notre zone de confort , s’il est un peu difficile au début de le faire devant une personne ou devant quelqu’un qui nous n’avons jamais parlé auparavant, ce qui, je le sais, pose problème.

Luca: Oui, et permettez-moi d’ajouter que, vous savez, apprendre de nouvelles langues n’est pas simplement un voyage linguistique, comme je l’appelle, c’est un voyage intérieur intérieur en vous-même, car en sortant de votre zone de confort, en essayant de comprendre votre point de vue Avec d’autres locuteurs natifs, vous découvrez vos limites et votre potentiel, et vous grandissez en tant que personne. Ce n’est pas seulement une croissance linguistique, mais une croissance humaine, et c’est la raison pour laquelle parler des langues étrangères est si gratifiant pour tout le monde. Vous avez plusieurs personnalités. Vous pouvez changer votre personnalité, pour ainsi dire, et vous êtes plus fort d’un point de vue psychologique, car vous avez surmonté tellement d’obstacles que vous êtes conscient du fait que vous pouvez accomplir n’importe quoi dans la vie, vous savez.

David: Et, par exemple, je suis d’accord avec vous lorsque vous dites que c’est à peu près la même chose pour tous les projets de la vie, car je pense qu’il ya une ou deux semaines, j’ai suivi un cours de danse, Luca, vous savez, ce cours brésilien, une coiffure de danse brésilienne et, vous savez, je me considère comme une personne confiante, mais lorsque je me suis lancé dans ce nouveau domaine avec les deux pieds gauches, vous savez, je me suis soudainement rappelé le sentiment d’avoir commencé à apprendre l’espagnol, par exemple. , quand c’était vraiment difficile et que je devais juste me dépasser, et je pense que nous, les apprenants, devons nous habituer au fait que les progrès sont fréquents dans la zone inconfortable .

Luca: Absolument. Tous les jours. Parce qu’il ne s’agit pas seulement d’apprendre les langues. Nous parlons toujours d’apprentissage des langues, de nos podcasts, etc. sur ma chaîne YouTube. Comme il y a tant de choses qui se sont passées dans ma vie, par exemple, lorsque j’ai décidé d’aller à Barcelone pour Erasmus, je faisais face à l’inconnu, mais après cela, tout a changé parce que j’ai vécu cette expérience à mon actif. et cela m’a vraiment aidé à comprendre comment vivre dans d’autres pays et cela m’a fait me sentir très confiant, mais au début, vous avez peur. Chaque fois que vous par exemple, chaque fois que je faisais ma première présentation à une conférence à Valence, c’était comme il y a quatre ans, je me disais «oh mon dieu» (ça n’a rien à voir avec les langues, c’est des mathématiques) , mais j’étais un peu intimidé parce que je devais parler de mathématiques devant cinq cents personnes, puis, une fois que j’ai fait cela, je me sentais tellement bien. Juste avant de le faire, j’ai eu l’impression que mes jambes tremblaient un peu, puis j’ai dit: «oh mon Dieu, qu’est-ce que je vais faire?». Et quand je l’ai fait, je me suis senti si heureux de l’avoir fait et Je sentais que je pouvais faire n’importe quoi, vous savez, et à partir de ce moment-là, j’ai commencé à faire des conférences, des discours et je me sentais de plus en plus à l’aise. Donc, vous devez faire face à quelque chose. Vous savez, les gens sont .. ce qui empêche les gens de décoller dans la vie, beaucoup de gens, c’est en fait la peur de faire quelque chose qu’ils pensent ne pas pouvoir faire et une fois qu’ils l’ont fait, et ils sont conscients du fait qu’ils peuvent le faire. Vous savez, et en ce qui concerne l’apprentissage des langues, beaucoup de gens pensent que c’est impossible parce qu’ils ne l’ont jamais fait. Donc, ils veulent apprendre une langue étrangère, ils ne l’ont jamais fait auparavant, mais une fois qu’ils l’ont déjà fait une fois et qu’ils ont appris une langue à parler couramment, tous les autres, vous savez, pourraient avoir des difficultés avec d’autres langues , c’est assez normal, mais ils savent, ils sont conscients du fait qu’ils peuvent le faire. Et cela fait une énorme différence.

David: J’aime parler de la peur en tant que système biologique de rétroaction. Chaque fois que nous entrons dans un domaine, dans un domaine ou dans un lieu qui nous est nouveau, nous entrons dans l’inconnu, vous savez, cette peur peut être déclenchée en nous et c’est aussi un moyen de nous protéger, de prendre conscience de notre alentours. Donc, si nous entrons dans quelque chose que nous pensons être dangereux ou nuisible, alors la peur entre en conflit. Mais ce n’est que lorsque nous entrons, je ne sais pas, dans cette forêt, vous savez, physiquement ou au sens figuré, que nous découvrons qu’il n’ya aucune raison de s’inquiéter et que nous nous habituons à ce qui est à l’intérieur. l’inconnu.

Luca: Vous savez, je pourrais ajouter qu’il n’est pas exagéré de dire que, à mon humble avis, je pense que les personnes qui réussissent le mieux sont celles qui ont le plus lutté dans la vie et plus que les autres, et ont affronté et surmonté leurs peurs .

David: Absolument, et je pense que c’est un excellent moyen de mettre fin à notre conversation aujourd’hui. Ceux qui réussissent le plus sont ceux qui ont le plus lutté. Et donc, si vous traversez la tempête, comme je le dirais, ne vous inquiétez pas, continuez et il y aura le bel arc-en-ciel à la fin de tout, vous savez, avec un pot en or . Avez-vous quelque chose à ajouter avant de dire au revoir aujourd’hui, Luca?

Luca: Il y a toujours une tonne de choses que j’aimerais ajouter.

David: Non, mais je vais vous arrêter ici. Vous allez devoir écouter le prochain épisode de notre série, et nous allons parler de quelque chose de très spécial, que je sais que vous attendez tous, à savoir le livre que M. Lampariello est en train d’écrire. Donc, nous allons en discuter dans le prochain épisode. Donc, si vous voulez savoir quand ce livre sort, comment ça se passe en ce moment, et je vais obtenir le maximum d’informations à ce sujet. Et pour que nous puissions vous préparer. Ok, merci encore pour votre écoute et nous vous reverrons dans le prochain épisode. Nous allons parler du livre de M. Lampariello. Merci encore, Luca.

Luca: Merci David. Bye Bye.

David: Au revoir

Voici le quatrième épisode de la mini série d’apprentissage gratuit des langues.

Emotions and Language Learning Épisode 4 – Émotions et apprentissage des langues

David: Bonjour et bienvenue dans un autre épisode de cette minisérie présentée par Luca Lampariello et le vôtre, David Mansaray. Aujourd’hui, nous allons parler de quelque chose qui me tient à cœur, à savoir les émotions et l’apprentissage des langues . Pour être plus précis, quel rôle les émotions jouent dans votre succès en apprenant une langue et quelles sont certaines des choses que nous pouvons expérimenter, chose dont je ne pense pas qu’on en parle assez parce que je le vois chez beaucoup de gens où leurs émotions les contrôlent plus, ne leur permettant pas de prendre leur apprentissage à la prochaine étape.

Donc, avant de commencer, je dois saluer Luca! Comment allez-vous aujourd’hui Luca?

Luca: Bonjour David! Je vais bien, je vais bien. Le temps est fantastique. Je sais que je le mentionne tout le temps, mais la météo joue un rôle important dans ma vie. Si le temps le permet, je me sens bien aussi.

David: Pour ceux d’entre vous qui écoutez ceci, c’est la deuxième fois que j’enregistre, et j’ai mentionné que Luca mentionnait toujours le temps qu’il faisait. Donc, si vous revenez à une interview, lui et moi avons enregistré ou visionnons une vidéo sur YouTube et que quelqu’un dise «Comment allez-vous, Luca?» Et c’est «Ouais, il fait très beau, vous savez. Il fait beau. I’m in Rome or I’m in Paris.”

Luca: That’s true.

David: Okay, so let’s get straight into this. So, Luca, my first question to you is going to be something that is quite general but I think it’s a great place for us to start. And, that is what role do emotions play in the process of learning a language?

Luca: Ah, well, I wouldn’t say that it’s everything but I would say it plays a huge factor. Now when we think about education in general, for example if you go to school, if you go to university, or, you know, you have a teacher, often I think this aspect is neglected because I think that learning how to assemble words, learning words, learning how to pronounce words, and everything related to the the strictly linguistical part of language learning is great and, obviously, it is important. But, I also think that caring for emotions and training people how to control their emotions, and how to make the best use of emotions, is one of the most important things in language learning , and it’s often one of the most neglected aspects of language learning. So, one of the things I do for example with my students is, because I’m a language coach, as some of you know, is to train them from a psychological point of view. When you hold a conversation David, and I think you’ve noticed that, even if you speak your own native language, we unconsciously do a lot of things we’re not even aware of, you know, for example how we move our eyes, how we get emotional in some situations. Often emotions can hinder us, can hamper us, from communicating in the way we would like to communicate with other people and this is even more evident when it comes to speaking a foreign language because, as adults, I’m not talking about kids, adults in general when we try to get our point across in a foreign language, what happens is that we often feel judged by others and often we feel that speaking a language is some kind of performance. So, sometimes, the fact of feeling judged keeps us from giving our best , you know, and if you don’t train people, if you tell people how to learn words, how to speak, but then you don’t train them how to control their feelings and how to make the best of them, then the performance, I don’t consider it a performance, but our ability in general to communicate is going to be diminished, is not going to be as good as if we actually knew how to communicate and control our feelings at the same time .

David: Absolutely, and you know one of the things that I realized in myself, and also other language learners, is that when you get started with a language, something that really stops people from, sort of, getting started, is this feeling of embarrassment or feeling extremely self-conscious, you know, worried about the way that they pronounce the language, or how their grammar is. All these sort of things sort of go on in a person’s mind when they are getting started and I’m sort of wondering if, you know, …first of all, before I ask about your advice on this, first of all I want to say is, Luca do you experience this too? Because I know that there are going to be people listening to this…”ah, Luca, Luca the polyglot, etcetera, blah, blah, blah, you know, he speaks languages well, but…” Do you experience these sorts of emotions when you’re setting out to learn a new language or are you, like, invincible?

Luca: Since I’m a human being like everybody else. Yeah, I…

David: Really?

Luca: Well, I always say that we are a bundle of emotions, you know, no matter what we think, our life every single day is like a journey and we live experiencing so many emotions in general, so yeah that happens to me as well, especially in the first stages of language learning. When I’m learning a language, when I just started learning a language actually, you know, it’s a very…you feel a little fragile. Meaning that, when for example, when you first attempt, your first attempt at conversation with a native speaker, if unfortunately you stumble upon an unpleasant person, and there are unpleasant people in this world unfortunately, it can be devastating for your language learning. Imagine that you’ve been learning a language, say French, for three weeks, or one month, and you try to talk to a person for the first time and you stumble upon a person who corrects you all the time, but doesn’t give you constructive criticism, but just criticizes you and makes you feel bad. You know, it happened to each and every one of us and not only in language learning that we stumble upon a person who made us feel uneasy. Has it ever happened to you David, that you’re uneasy around some people?

David: Absolutely. There are some people that you speak to them and you just sort of want to run away, you know, you don’t want to go back. Absolument. And then we do have those people that you don’t know what it is about them but they have this what I would call a magnetic personality and you’re just drawn to them and they just make you feel…

Luca: Exactly. One of the first pieces of advice that I would give is first, human contact is extremely important in your personal growth as well as in your growth, you know, well when we talk about language learning and your language progress, and I think that one of the very first pieces of advice that I would give is don’t surround yourself just with books but surround yourself with people who know more that you do. Who, you know, this is general advice, this is not just about language learning. If you surround yourself with people who make you feel great about yourself , then your general learning experience, once again I’m not just talking about language learning, is gonna be boosted. And this is what I’ve been trying to do in the last three years. I’ve just made a slight change to my strategy. I didn’t change my strategy. I added a knew ingredient to the recipe, meaning that before I just, I was thinking that learning just with books for a certain period of time, say three to six months, was great, right now together with books and together with an efficient technique, I try to talk on Skype, via Skype, if I can, but if I can also face to face with interesting people that resonate with me and that make me feel good about myself and about us, our relationship. And, I notice that by doing so, Michal comes to mind, my polish tutor. He is just, he’s a fantastic person. Whenever you talk to him, you never feel, you never feel judged, you always get constructive criticism and this helped me so much with Polish because I just noticed that together with a book, like Assimil or whatever, if you talk to a person who makes you feel good about yourself then you learn so fast and so much better because you want to share your personal experience . So, what we do is extremely simple, and I suggest everybody do that, is that, for example, you just turn on Skype, and what you do is you’re just going to talk about you, your self, your feelings, your emotions, your desires, and whenever that happens you feel like you really want to communicate your ideas, your emotions, your experiences, to another person who understands you, and you will learn a lot of words, expressions as a consequence of that. It’s not deliberate learning. It’s a consequence of resonating with another person .

David: Absolutely, and I can second what you’re saying there about Michal. I spent some time with him in Poland and he’s absolutely an amazing guy. Anyone studying Polish definitely check out Michal. Okay, so, I guess the next that I’m really wanting to address is, you know, how one really overcomes some of these, you know, psychological barriers and, you know, I’m talking about other things like being worried about your pronunciation, your grammar. We’ve spoken about making sure you find the right people to help us and so, what does this look like for most people? Is it difficult to find someone who is going to be the right match that is going to help us go to the next stage or what’s your experience with this, you know, something that you’ve observed in the learners, that you have observed in general?

Luca: I think the process is twofold, meaning that you, on the one hand, have to find the right people to talk to. How do you find the right people? First, as I said before, the internet is the treasure trove, not only for language material, but also for human resources. Meaning that, there’s a lot of sites that offer the possibility of coming into contact with interesting people. But, then it’s up to us to decide who is going to resonate with us. So, what I suggest is that it’s a trial and error process where we have to try to find the people we can really trust and who we really like . And, that is, as I said before, something that you have to try and then, maybe if you don’t like that person try to find another one. That is pretty important. Comment tu fais ça? Eh bien, c’est assez simple. You FEEL it. You feel when you like somebody and you feel when you don’t like somebody; good and bad vibes – that happens. When somebody corrects you and you haven’t even asked for it or gives you bad criticism then probably that person is not for you. Or if you didn’t like the way they looked at you when you’re talking when you’re using the camera, that is also important. Because we always consider that language learning is a flow between two people, flow of words, flow of sounds, but I think that the face expressions, they’re pretty important as well. So, there are some things that make you uneasy, and if that happens then you should find another person . So, for example, there’s a website called Language Exchange where you can send emails. You can actually look for people. You can take a look at their profile and then you can send an email. If they get back to you then you can agree, arrange a Skype meeting, or even a face-to-face meeting because you can find people in your own city, and then you just meet them, either on Skype or face-to-face, in person, and then you will decide whether those people are good for you or not. Don’t feel bad if you meet a person and then you don’t find that you don’t think they could be good language partners, then you say well, that was great but I have other fish to fry and you will find another person. It’s extremely important to find a person whom you like. If you, you know, if you start talking to a person and then you feel like it would be impolite not to talk to them again, that would be a huge mistake because your language learning process is gonna depend on the interaction you have with people . And when you first speak, when you start learning a language, in the first maybe three months, you are fragile psychologically because you feel judged and if somebody gives you very bad feedback it’s gonna be a disaster, it’s gonna be a devastating blow to your language learning process. I don’t know David if it has ever happened to you that you met a person that you felt uneasy around.

David: Well, to be honest, yeah it happens. It’s happened quite a few times. And with language learning I find that it is quite, in my case at least, difficult to find the right people that are going to be able to give me the sort of conversation that I’m looking for to help me expand into different areas, because I find that with language learning sometimes, or with a language exchange, you can talk, end up talking, about the same things over and over and if you don’t have much in common with the person it can be difficult and I think this is part of really resonating with a person, making sure that you have things in common as well.

Luca: I just want to add a very important thing. You know, you mentioned that fact that you always keep saying the same things. Now, one suggestion is that the advantage of resonating with a person and speaking with that person for a long time, so establishing a good relationship, instead of having thirty language buddies, so to say, is the fact that we have a lot of people to talk to most of the time the conversation is pretty superficial. If you talk to too many people, you know, all these like “how are you?” “I am fine,” “the weather is great,” etc. etc., they keep coming and you don’t learn, you don’t move forward. Well, with another person, when you establish a certain relationship, you just talk about one thing and then you move to the other one. This is the first advantage so you cover more topics, you want to talk about more topics with the person you resonate with, you know. And the second very important thing is one of the biggest mistakes that people make is that they don’t get out of their comfort zone . Now, since they think that language learning, they consider (not everybody, but a lot of people consider) language learning, especially in the beginning, like a performance. They tend to resort to expressions and words that they already know instead of stepping into unknown ground because that makes them feel a little bit uneasy. But, what they should do is, and I always say that to my students, try to say as many things as you can that you don’t know how to say because when you can’t say something it’s not a bad thing. You’re going to learn a lot by getting constructive feedback. So, on the one hand you learn new words, and on the other hand, so you expand your knowledge, and the other hand, you refine your knowledge by getting positive feedback and learning from it. A positive attitude, you know, it might sound a little bit trite, because we always say that, but attitude is everything. Somebody corrects you and you shouldn’t feel judged or hurt by the fact that you didn’t get it right. You should be happy that you learned something new and that somebody helped you, you know, refine it. Because, if nobody corrected you, you wouldn’t learn.

David: And so, it sounds like what you are saying to me is that learning a language is something that we are going to consistently fail at in order to succeed, almost. Which is an interesting paradox that you have to really fail a lot to succeed. And, I think that a lot of people have this fear of confronting this failure and this is why they get boxed into their comfort zone and don’t step out. And so, what you’re saying is that it’s very important to, you know, master your emotions in this sense and to maybe let go of your ego and to accept that in order to improve what you need to do is, you know, take a step back and fail a lot.

Luca: I would say that the best polyglots or the best language learners have accomplished two things. First, they have found a method they like and, second they have overcome their sense of failure and they have actually figured out, first, how their brain works, not only from a linguistical point of view but also from an emotional point of view. That is quite important.

David: I think that’s something that’s really interesting because I get the impression, and I don’t have any evidence, but I believe it anyway, I don’t have data, but many people seem to think that, you know, all polyglots are talented with languages and they, you know, we don’t see this process of struggle and the overcoming of all of these obstacles that needs to be done in order to really succeed. And, so I’m curious, you know, Luca in your case, is it difficult to constantly be stepping out of your comfort zone? Because I know that a lot of people, you know, admire you as a language learner. But we don’t get to see your struggles too much. I guess I remember seeing a video where, or an audio where, you were struggling with Polish in the beginning stages and but, generally, are you constantly struggling when you’re moving out of your comfort zone? Is the language learning process uncomfortable for you? And the reason I want to talk about this is to maybe shed some light because I think whenever we look at anyone who is successful in just about any field, we see the results, the fruits of their labor, but we don’t see the work that goes into producing these tasty fruits. So, what is it like for you Luca?

Luca: Well, stepping out of the comfort zone means struggling because that’s how we learn , you know. I’m not a neuroscientist but I read something, an interesting article about the fact that, you know, when we start a struggle we create neural networks, new neural networks, and every time we try to struggle and remember a word, we’re trying to grasp for a word, when we have a conversation, or when we try to learn the pronunciation of a new word, we struggle. So, of course, I struggle like everybody else. The fact that you can see the fruit of my labor, as you said, is, obviously is just the result of a lot of struggling. I’m a human being like everybody else, and I struggle a lot. You know, if you do something well, you must have done it poorly before . There is no question about that. When we learn is, in a way is, means struggling, but we have to be cautious about how we define words because when people say, for example, “oh, you put in so much hard work,” that is what they say. I don’t like that word that much because I don’t consider it hard work at all. It might be struggling, but to me it’s not hard work because when you enjoy something you don’t even think about it. Obviously, of course, I struggle, but the main difference is that I always before I have a conversation, especially on Skype, I always make sure that I’m going to talk about something I’m interested in. So, if you talk about something you’re really interested in and you want to get your point across, you forget about the struggling because you’re really want to communicate , you really want to tell the other person “you know what I did today? I had a great experience,” so it doesn’t matter if you don’t find a word. It doesn’t matter if you pronounce it wrong. A suggestion, a piece of advice that I always give, is record your conversations. Always do that. You will see that the second stage, meaning when you listen to yourself, you know people are afraid of their own voice. A person who has never recorded their own voice, now I’ve gotten used to it, but the very first time that I recorded my own voice I told myself “gosh, is that me?” And I noticed that every single student of mine had the same thing, the same feeling. Record your voice and you will see that when you listen to your own conversation, or the conversation you had with another person, you will be able to focus on the details , the nuts and bolts, but when you have a live conversation your brain has to grapple with too many things and you keep forgetting about stuff. But you will have the possibility of listening to yourself and to fill in the gaps. Now, technology gives us so many possibilities. Make use of them , you know. This is what I suggest.

David: And so, to tie this back into the overarching theme of our conversation today, we can use technology as a way to prepare ourselves for those stressful situations, so, you know, using the example that you just presented about recording yourself. If you find it a little bit, I would say, difficult to speak to people, perhaps you can use technology to prepare yourself for this process and this can be a way of controlling your emotions. And you know I just did a quick search online because I remembered a quote from, you know, an Italian painter, poet, and sculptor, Michelangelo. He said that “if you knew how much work went into it, you would not call it genius.”

Luca: Exactly. Exactement. David, let me tell you one more thing that I almost forgot to say. C’est très important. Now, you have step one , which is a live conversation with somebody and that happens in real life as well as on Skype. Then you have step two , reviewing, meaning that you can listen to yourself having a conversation and you’re gonna have another perspective because you have the time to actually see how you talk. You’re seeing yourself from an external point of view and that is a great advantage because you can focus on other, on the nuts and bolts, as they call it. And then, step three , you can actually prepare yourself , you can talk to the microphone and think. For example, let’s suppose that you want to talk about Barcelona because I know that you really like that city, right? So, let’s suppose that you, for some reason, you have some problems talking to people and expressing yourself when you talk about Barcelona because there are just too many things to say, etc., etc. What you can do, you can like, let’s suppose you have a language partner or a person you really like talking to. Just create a recording of yourself. Just stand up and then you just talk to the microphone. You don’t have the stress of getting your point across because you know that at any time if you don’t like the recording you can just erase it, you know. So, you can actually prepare. You’re not talking to yourself. In a way, you’re talking to yourself because you’re talking to the microphone but on the other hand you know that you’re setting the recording to somebody else. You are actually getting your point across to another human being. So, on the one hand, you have the advantage of talking to a human being without really talking to a human being, and, on the other hand, you feel free. You have less stress because you’re just talking to a microphone and you can erase that recording, that production of yours at any time, and that is huge, it’s a huge help. All my students do that, you know, they send me recordings talking about whatever they want to talk about. They prepare and you can tell that they are less stressed and they can actually talk about anything much better than if they were having a live conversation with me.

David: And, so, some of the things that we discussed today are ways in which we can control the emotional aspect of language learning. It can be having a live conversation with a person, can be something that can be considered, for most people, stressful at first, and, so, ways that we can minimize the stress that we feel and eventually eliminate it is by number one, making sure we speak to someone with whom we really connect with , that we don’t feel is judging us, that is going to correct and help us in a positive way, constructive way that is going to make us feel good about ourselves. Finding this person may take some time, but you shouldn’t feel bad at all about, you know, skipping a person and, you know, saying that this is not the right person for me. I like to say that learning a language is a process of discovery and, you know, discovering the right language partner is part of that too. And, then, we can use technology also to make sure that we prepare ourselves for live conversations, stepping outside of our comfort zone , if it’s a little bit challenging at first to do that in front of a person, or in front of someone that we have never spoken to before, which I know that be challenging.

Luca: Yes, and let me add that, you know, learning new languages is not just a linguistical journey, as I call it, it’s an interior inner journey into yourself because by stepping out of your comfort zone, by trying to get your point across with other native speakers, you discover your limits and you discover your potential, so you grow as a person. It’s not just linguistical growth, but it’s a human growth, and that is the reason why speaking foreign languages is so fulfilling for everybody. You have multiple personalities. You can change your persona, so to say, and you’re stronger from a psychological point of view because you have overcome so many obstacles that you’re conscious of the fact you can accomplish anything in life, you know.

David: And, for example, I agree with you when you say it’s just about the same for any endeavor in life, because I think that one or two weeks ago, I took a dance class, Luca, you know, this Brazilian class, a Brazilian dance coiffure, and, you know, I consider myself to be a confident person, but when I was stepping into this new domain with two left feet, you know, I suddenly remembered the feeling of when I started learning Spanish, for example, when it was really difficult and I just had to push myself, and I think that we need to, as learners, get used to the fact that progress comes in the uncomfortable zone often.

Luca: Absolutely. Tous les jours. Because it’s not just about language learning. We always talk about language learning, our podcasts, etc., on my YouTube channel. Since there are so many things that happened in my life, for example, when I first decided to go to Barcelona for Erasmus, I was facing the unknown, so to say, but after doing that everything changed because I had this experience under my belt and it really helped me to figure out how to live in other countries and it made me feel so confident, but, so at the beginning you’re scared. Whenever you, for example, whenever I made the first presentation at a conference in Valence, it was like four years ago, I told myself “oh my gosh,” (this doesn’t have anything to do with languages, this is mathematics), but I was a little bit intimidated because I had to talk about, you know, mathematics in front of five hundred people, and then, once I had done it, I felt so great. Just before doing it I was like, well my legs were trembling a little bit, then I said “oh my God, what am I gonna do?” And, then when I did it, I felt so happy that I had done that and I felt like I could do anything, you know, and from that moment on I started giving conferences, speeches, and I felt more and more comfortable. So, you have to face something. You know, people are..what keeps people from taking off in life, a lot of people, is actually the fear of doing something that they feel that they cannot do and once they’ve done it, and they are aware of the fact that they can do it. You know, and so far as language learning is concerned, the reason why a lot of people think it’s impossible is because they have never done it. So, they want to learn a foreign language, they’ve never done it before, but once they’ve done it once, and they’ve learned a language to fluency, then all the rest, you know, might struggle with other languages, it’s pretty normal, but they know, they’re aware of the fact that they can do it. And, that makes a huge difference.

David: I like to talk about fear as a biological system of feedback in a sense. Whenever we are stepping into a domain, or an area, or a place that is new to us, stepping into the unknown, you know, this fear can be triggered in us and also it’s a way of protecting ourselves, becoming more aware of our surroundings. So, if we are stepping into something that we think might be dangerous or harmful, then fear comes into it. But, it’s not until we walk into, I don’t know, this forest, you know, in a physical sense or in a figurative sense, that we discover that there’s nothing to be worried about and that we become used to what is in the unknown.

Luca: You know, I might add that it’s not far fetched to say that, in my humble opinion, I think that the people, the most successful people, are the people who have struggled the most in life, and more than others, and have faced and overcome their fears .

David: Absolutely, and I think that’s a great way for us to end our conversation today. Those who succeed the most are those who struggled the most. And so, if you’re going through the storm, as I would put it, you know, don’t worry, keep going and there will be the nice rainbow at the end of it all, you know, with a pot of gold. Is there anything that you would add before we say goodbye today Luca?

Luca: There’s always a ton of things I would like to add.

David: No, but I’m going to stop you there. You guys are going to have to tune in to the next episode of our series, and we’re going to be talking about something very special, which I know you are all waiting for, which is the book Mr. Lampariello is writing. So, we’re going to be discussing that in the next episode. So, if you want to find out when this book is coming out, how it’s going at the moment, and I’m going to get as much of the information as I can about it. And, so we can get you guys ready for it. Okay, so thank you again for listening and we will see you in the next episode. We’re going to be talking about Mr. Lampariello’s book. Thanks again, Luca.

Luca: Thank you David. Bye Bye.

David: Bye

0139

You may also like

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *