Le siège social de Metaverse à Dubaï pourrait conduire la prochaine vague d’innovation sur le Web

Dubaï s’immerge dans le métaverse et le gouvernement tient à guider le développement et la croissance des entreprises et des personnes sur le support qui n’en est peut-être qu’à ses balbutiements mais qui a un énorme potentiel.

Le marché mondial du métaverse vaut déjà 100 milliards de dollars et devrait atteindre 1 500 milliards de dollars d’ici la fin de la décennie. Les entreprises privées et gouvernementales de la ville achètent de l’espace sur le support et le gouvernement veut que l’expérience en vaille la peine pour les utilisateurs.

En mars, le gouvernement de Dubaï a défini des plans majeurs pour son incursion dans le Web 3.0 et a créé la Virtual Assets Regulatory Authority (VARA). Cet organe de surveillance marquera désormais sa présence sur le métaverse, ce qui donnera plus de poids et de crédibilité à la ville dans un espace de plus en plus adopté par les gens ou leurs avatars.

VARA est le premier régulateur métaverse au monde et montre la sincérité du gouvernement à garantir le fair-play dans l’espace alors que les gens adoptent leur moi numérique pour travailler, faire des achats, jouer, assister à des concerts et des conférences et voyager dans la prochaine phase du nouveau virtuel.

Le régulateur virtuel de la ville a acheté mardi un espace sur une plate-forme connue sous le nom de The Sandbox. L’objectif est d’être un innovateur et un facilitateur et moins un régulateur conventionnel dans ce qui est encore un terrain qui a de nombreuses inconnues. Dubaï espère soutenir les entrepreneurs et les entreprises et protéger leurs intérêts dans l’espace.

« Nous avons dépassé le rôle d’un adopteur précoce pour devenir un innovateur et un participant à façonner l’avenir de cette technologie », a déclaré Sheikh Hamdan bin Mohammed bin Rashid Al Maktoum, prince héritier de Dubaï, à propos de la vision de la ville pour le siège de Metaverse. C’est une décision audacieuse alors que d’autres villes et entités regardent et attendent de voir comment cette réalité augmentée ou réalité étendue fonctionnera à l’avenir.

Mais Dubaï est connu pour prendre des risques et s’imposer et sa dernière décision pourrait porter ses fruits dans l’évolution du Web lui-même. La technologie du métaverse est apparue pour la première fois dans les années 90. Il s’appelait alors la Réalité Virtuelle (VR). La technologie n’a pas décollé comme prévu et le premier espace métaverse appelé Second Life au début des années 2000 a disparu sans créer de flottement.

Ce que la variante actuelle offre, c’est du matériel et des expériences améliorés. L’année dernière, le propriétaire de Facebook, Meta, a généralisé l’idée avec des milliards de dollars de financement. D’autres entreprises et investisseurs sont occupés à effectuer des transactions dans l’espace. Le géant des médias sociaux mise sur le métaverse pour sa prochaine phase de croissance. C’est une vision alternative du web, réaliste et sans frontières. Dubaï, en tant que métropole mondiale moderne, est la mieux placée pour faire avancer la vision avec le cadre juridique et les protections appropriés. Sa présence sur le Web 3.0 pourrait être juste ce qu’il faut pour faire de l’espace une réalité étendue, innovante et rentable.

Copyright © 2022 Khaleej Times. Tous les droits sont réservés. Fourni par SyndiGate Media Inc. (Syndigate.info).

www.zawya.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *