Non classé

L'affreuse langue allemande – Wikipedia – Apprendre langue

Essai de 1880 de Mark Twain

"La terrible langue allemande"est un essai de 1880 de Mark Twain publié en tant qu'Annexe D dans Un clochard à l'étranger.[1] L'essai est une exploration humoristique des frustrations d'un apprenant de l'anglais l'anglais à apprendre l'allemand comme langue seconde.

Contexte[[[[modifier]

Twain fit sa première tentative infructueuse d'apprendre l'allemand en 1850 à l'âge de quinze ans. Il a repris ses études 28 ans plus tard en prévision d'un voyage en Europe. À son arrivée en Allemagne, le conseil de l'un de ses amis a témoigné du fruit de cette récente bourse: "Parlez en allemand, Mark. Certaines de ces personnes comprennent peut-être l'anglais."[2] Au cours de son séjour en Allemagne en 1878, Twain a eu un rêve dans lequel, selon son cahier, "tous les mauvais étrangers sont allés à German Heaven – ils ne pouvaient pas parler et souhaitaient être allés à l'autre endroit".[3]

"The Awful German Language" a été publié dans le deuxième volume de Twain Un clochard à l'étranger, Annexe 1880, D. Gunnar Magnusson décrit l'ouvrage comme "le plus célèbre essai philologique de Twain".[4]

Le 31 octobre 1897, Twain donna une conférence intitulée "Die Schrecken der deutschen Sprache" (L'horreur de la langue allemande "en anglais) devant le Concordia Festkneipe à Vienne (le Vienna Press Club).[1] Twain a continué à donner des conférences sur la langue au XXe siècle.[1]

Twain décrit son exaspération pour la grammaire allemande dans une série de huit exemples humoristiques comprenant des verbes séparables, une déclinaison adjective et des mots composés.[1] Comme le sujet l'indique, il se concentre sur l'allemand en tant que langue, mais Twain traite également de l'anglais pour comparer les deux langues. Cela permet une analyse en poids linguistique attribuée à divers aspects typologiques et stylistiques de la langue qui gravitent autour de la différence entre une langue analytique comme l’anglais et une langue comme l’allemand qui est une langue synthétique possédant certaines caractéristiques analytiques. Twain met l'accent sur ces changements par le biais d'une traduction interlinéaire, une méthode de traduction qui tente de préserver la langue d'origine sans contexte et de manière littérale. Cette méthode met l'accent sur les mécanismes de la langue traduite.[5]

Morphologie[[[[modifier]

La langue allemande contient un système d'inflexion complexe capable de frustrer les apprenants d'une manière similaire à l'argument de Twain:[6]

Il n’ya sûrement pas une autre langue aussi discrète et sans système, aussi glissante et insaisissable à la portée de la main. On y est lavé, çà et là, de la manière la plus impuissante; et quand il pense enfin avoir saisi une règle qui offre un terrain ferme pour se reposer au milieu de la rage générale et de la tourmente des dix parties du discours, il tourne la page et lit: "Laissez l'élève noter soigneusement le exceptions suivantes. " Il baisse les yeux et constate qu'il y a plus d'exceptions à la règle que d'instances de celle-ci.

Les inflexions dans la langue sont utilisées pour représenter à la fois la syntaxe et la sémantique, et la fonction est attribuée de manière difficile à saisir, ce qui se combine avec l'affirmation de Twain selon laquelle les exceptions sont assez courantes en allemand. Une partie de ceci provient de l'ordre des mots de la langue, avec le sexe, le nombre et d'autres aspects linguistiques, étant liés à la morphologie des mots individuels.[6]

Le sexe[[[[modifier]

L’un des éléments clés de ce travail concerne le genre linguistique allemand. Twain joue avec les différences de genre naturel ou sexuel et de genre linguistique ou grammatical en soulignant que l’allemand pour fille est neutre grammaticalement, contrairement à beaucoup d’éléments asexués tels que les navets:[7]

Chaque nom a un genre, et il n'y a pas de sens ou de système dans la distribution; le sexe de chacun doit donc être appris séparément et par cœur. Il n'y a pas d'autre moyen. Pour ce faire, il faut avoir une mémoire semblable à un livre de notes. En allemand, une jeune femme n'a pas de sexe, alors qu'un navet a. Pensez à ce que vous ressentez du respect excessif pour le navet et à un manque de respect insensé pour la fille.

Le problème avec le genre linguistique est qu’il semble avoir un sens en théorie, mais il fonctionne de manière illogique.[8] La relation réelle entre genre et nom n'est pas claire et il est difficile pour un apprenant de l'allemand de lier psychologiquement sa compréhension des mots aux règles de genre.[9] Pour Twain, il n'y avait aucune raison pour des concepts tels qu'une balance de poisson ayant un sexe féminin, mais une poissonnière, une vraie femme, dépourvue de tout. Lorsque Twain traduit "Le conte de la femme au poisson et de son destin triste", il exprime des sentiments de colère résultant de sa tentative d'apprendre la langue:[10]

C'est un jour sombre. Écoute la pluie, comment il coule, et la grêle, comment il vibre; et voir la neige, comme il dérive, et oh la boue, quelle est sa profondeur! Ah la pauvre Fishwife, elle est coincée dans le bourbier; il a laissé tomber son panier de poissons; et ses mains ont été coupées par la balance alors qu’elle saisissait certaines des créatures qui tombaient; et une échelle est même entrée dans son oeil. Et ça ne peut pas la faire sortir. Il ouvre sa bouche pour demander de l'aide; mais si un son sort de lui, hélas il est noyé par la tempête qui fait rage.

L'allemand n'est pas spécial de cette manière, mais, comme le remarque le linguiste Guy Deutscher, c'était simplement la langue que Twain apprenait au moment de la rédaction. Beaucoup d'autres langues contiennent tout ou partie des idiosyncrasies dont se moque Twain, notamment le français, le russe et le latin.[11]

Références[[[[modifier]

Citations[[[[modifier]

  1. ^ une b c LeMaster, RJ, James Darrell Wilson et Christie Graves Hamric (1993). "Langue allemande terrible, la". L'encyclopédie Mark Twain. Routledge. pp. 57–58.CS1 maint: Noms multiples: liste des auteurs (lien)
  2. ^ Potsdam 2004 pp. 315–316
  3. ^ LeMaster, Wilson et Hamric 1993 p. 315
  4. ^ Anderman et Rogers 2003 p. 125
  5. ^ Anderman et Rogers 2003 pp. 125-126
  6. ^ une b Schmid 2002 p. 85
  7. ^ Romaine 1999 p. 65
  8. ^ Deutscher 2005 p. 41
  9. ^ Housen et Pierrand 2005 p. 52
  10. ^ Deutscher 2005 pp. 41–42
  11. ^ Deutscher 2005 p. 42

Sources[[[[modifier]

  • Anderman, Gunilla et Rogers, Margaret. Traduction aujourd'hui. Clevedon: Multilingual Matters, 2003.
  • Deutscher, Guy. Le déploiement du langage. New York: Livres métropolitains, 2005.
  • Housen, Alex et Pierrand, M. Enquêtes sur l'acquisition de la langue seconde par l'instructeur. New York: Mouton de Gruyter, 2005.
  • LeMaster, J.R., Wilson, James et Hamric, Christie. L'encyclopédie Mark Twain. New York: Garland, 1993.
  • Musée public de Potsdam (Potsdam, N.Y.) (2004). Images de l'Amérique: Potsdam. Éditions Arcadia. ISBN 978-0-7385-3650-7. Récupéré 2009-07-16.
  • Romaine, Suzanne. Communiquer le genre. Mahwah: Erlbaum, 1999.
  • Schmid, Monika. Attrition, utilisation et entretien de la langue maternelle. Philadelphie: Benjamins, 2002.

Liens externes[[[[modifier]


0485

You may also like

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Non classé