Apprendre l'espagnolNon classé

Comment atteindre la fluidité d'une langue maternelle? Dans une langue étrangère

Parler une langue étrangère comme un locuteur natif est le rêve de nombreux apprenants en langues. Malheureusement, peu d’apprenants ont été capables d’atteindre cet objectif. Nous savons qu’il est possible d’atteindre un tel niveau de fluidité, car il y a des apprenants qui y ont accès.

Les deux questions que je vais explorer dans l’article d’aujourd’hui sont les suivantes:

(1) Qu’est-ce que la fluidité native?

(2) Comment pouvons-nous parvenir à parler couramment une langue étrangère dans une langue étrangère?

Quel est natif comme la fluidité?

Avant de répondre à cette question, nous devons en poser une autre: comment mesurer la compétence linguistique? Nous n’avons pas à y penser trop longtemps pour comprendre que c’est compliqué.

Néanmoins, des systèmes ont été mis en place pour nous aider à mesurer les compétences linguistiques. Il existe de nombreux types différents qui varient en fonction de la langue que vous apprenez, de la région du monde dans laquelle vous vivez et de la raison pour laquelle vous devez passer un test. J’utiliserai le Cadre » europ commun de r pour les langues> (CECR) comme point de référence car c’est le cadre que je connais bien. J’ai testé et réussi l’examen C2 (Maîtrise) en 4 langues: anglais, espagnol, allemand et français.

Les apprenants en langues qui rêvent d’atteindre une langue maternelle comme la maîtrise d’une langue citent souvent C2 comme objectif. Il existe une croyance commune selon laquelle atteindre un niveau C2 équivaut à atteindre une fluidité semblable à celle d’un indigène. Cependant, j’ai découvert au cours de mon parcours d’apprenante en langues que cette façon de penser est imparfaite.

(Extrait de la page Wikipedia: Cadre » europ commun de r pour les langues> )

Pensez-y, beaucoup de locuteurs natifs n’atteignent pas ce niveau de compétence dans leur langue maternelle… par conséquent, comparer un niveau C2 à une aisance proche de la langue maternelle est trompeur.

J’ai mentionné précédemment que j’avais réussi à passer l’examen C2 dans 4 langues, malgré le fait que j’aie atteint ce niveau de compétence, je peux dire que je me sens beaucoup plus proche de la fluidité semblable à celle des autochtones dans certaines langues. J’expliquerai pourquoi c’est bientôt, mais je voudrais d’abord introduire «le noyau de la langue», qui est au centre de ma philosophie d’apprentissage des langues:

Lorsque je commence à apprendre une nouvelle langue, mon objectif est d’abord de développer un noyau de langue solide , qui combine un vocabulaire et des phrases essentiels et la capacité d’assembler les différentes parties de la langue.

Dans mon livre à venir, j’explique en détail comment développer un noyau linguistique solide. Mais ce dont je veux que vous fassiez attention aujourd’hui, c’est de parler de la fluidité semblable à celle d’un indigène dans le diagramme ci-dessus. Comme la langue maternelle, la fluidité vient avant l’ alphabétisation (C2).

J’ai l’impression que la plupart des apprenants en langues ont une perception déformée de ce que signifie être «semblable à un natif» en raison de la manière dont la compétence linguistique est mesurée.

En général, il n’a pas beaucoup de sens de comparer un apprenant d’une langue étrangère à un locuteur natif, mais pour communiquer clairement mes pensées, j’estime que c’est nécessaire:

Le schéma ci-dessus devrait être considéré comme suit: Il n’est pas nécessaire d’atteindre un niveau C2 pour atteindre une fluidité semblable à celle d’un natif. En fait, la maîtrise de la langue autochtone en tant qu’apprenant en langue est beaucoup plus proche du niveau de compétence d’un locuteur natif d’une langue, c’est-à-dire du niveau atteint par un natif après la fin de sa scolarité obligatoire.

Natif comme la fluidité

La compétence que nous développons dans une langue est le résultat de nombreux facteurs. Cependant, tous les autochtones ont en commun le fait qu’ils sont exposés à leurs langues maternelles à mesure qu’ils grandissent dans un environnement micro et macro . C’est une façon de décrire comment ils interagissent avec les langues.

Le micro environnement est personnel et différent pour chaque personne. Cela consiste en des conversations avec les amis et la famille, les livres que nous lisons et les médias que nous consommons. On dit souvent que le meilleur moyen d’apprendre est d’avoir un petit ami ou une petite amie qui est originaire de la langue que vous apprenez. Cette approche est efficace car elle place la langue étrangère dans votre micro-environnement et vous devrez l’utiliser régulièrement dans votre vie personnelle. Cependant, il y a beaucoup de choses que vous n’apprendrez pas à moins d’interagir avec la langue dans un environnement macro. C’est ainsi que nous interagissons avec une langue dans des environnements partagés, tels que les parcs, les transports en commun, les magasins, les banques, etc. Beaucoup de choses que nous apprenons indirectement en étant dans ces environnements, nous ne pouvons pas apprendre en parlant uniquement à un petit ami ou une petite amie.

De nombreux autochtones parlent dans ces conditions sans la nécessité de développer l’alphabétisation (C2) telle que définie dans le cadre européen des compétences linguistiques.

Comme je l’ai mentionné au début de cet article, j’ai atteint le niveau C2 en 4 langues, mais j’ai l’impression que je n’ai pas atteint le niveau de langue maternelle .

Je vais utiliser mes exemples français et allemand:

Bien qu’ayant l’allemand et le français au niveau C2, mon français est BEAUCOUP plus proche de la langue maternelle. Et pourtant, j’ai lu beaucoup plus de livres et de magazines en allemand que de français et j’ai écrit beaucoup plus d’essais et de lettres en allemand qu’en français.

Ce qui rend mon français beaucoup plus proche de la langue maternelle, c’est le fait que j’ai VIVÉ la langue et passé plus de temps à INTERACTER avec les Français, que je n’ai avec les Allemands. J’ai vécu et utilisé le français dans des environnements micro et macro, et cette combinaison fait toute la différence.

Vous pourriez peut-être en venir à la conclusion que vivre en France est ce qui m’a amené à atteindre une maîtrise du français semblable à celle d’un autochtone, mais cette conclusion serait fausse.

La fluidité native est obtenue en vivant autant que possible à travers une langue.

Par exemple, je n’ai jamais vécu dans un pays anglophone, mais j’ai vécu une grande partie de ma vie grâce à l’anglais avec des amis.

En fin de compte, développer une fluidité similaire à celle d’un natif concerne la façon dont vous décidez de vivre votre vie : à quelle fréquence vous utilisez la langue cible et combien de situations différentes vous créez pour l’utiliser.

Je travaille comme coach linguistique et j’ai formé des centaines d’étudiants dans le monde entier, et je peux dire que le niveau de réussite de mes étudiants est toujours en corrélation directe avec leur façon de vivre les langues qu’ils ont apprises.

0292

You may also like

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *