90 000 Vénézuéliens hors TT – Parler espagnol

L'Ambassadeur Perez Silva s'engage à faire preuve d'ouverture

L'ambassadeur du Venezuela, Carlos Amador Perez Silva, veut rendre l'ambassade plus ouverte aux Vénézuéliens à TT. – JEFF K MAYERS

L’ambassadeur du Venezuela, Carlos Amador Perez Silva, souhaite rendre l’ambassade de son pays plus ouverte aux habitants du TT.

Perez Silva a officiellement succédé à l'ancien ambassadeur de longue date, Coromoto Godoy Calderon, en mai, lorsqu'il a présenté ses lettres de créance à la présidente Paula-Mae Weeks.

Parlant avec Sunday Newsday, vendredi, à l'ambassade sur Victoria Avenue, à Port of Spain – sa première interview depuis sa prise de fonction – Perez Silva a souligné son objectif de créer une nouvelle effervescence et d'ouvrir l'ambassade à la communauté vénézuélienne.

En tant que chef diplomatique, il a annoncé des améliorations du système de soins et d’engagement des Vénézuéliens basés dans ce pays.

"Nous avons lancé de nouveaux programmes et renforcé ceux qui fonctionnaient déjà, notamment par le biais du consulat", a-t-il déclaré.

Depuis son arrivée le 1 er mars, Perez Silva a déclaré avoir passé un certain temps à apprendre les conditions dans lesquelles vivent plusieurs de ses compatriotes au TT.

"Ce n'est un secret pour personne, le grand nombre de Vénézuéliens qui sont venus dans ce pays pour diverses raisons personnelles et la situation (dans notre propre pays), alors nous pensons donner le même soutien conformément aux traités internationaux qui nous le permettent", a-t-il déclaré. m'a dit.

Par l'intermédiaire du consulat et du ministre conseiller (chef de mission adjoint), Ricardo Julio Sánchez Niño, Perez Silva a visité différents centres de détention pour comprendre les besoins des personnes arrêtées.

"Nous savons qu'il y a un bon nombre de personnes détenues pour diverses raisons et nous essayons d'enregistrer et d'analyser les conditions."

Il a également relancé le système saime (service d’état civil du Venezuela), qui avait cessé de fonctionner en raison de problèmes techniques, afin de faciliter le renouvellement et la prolongation des passeports. L'ambassade a jusqu'à présent traité plus de 160 extensions. Les personnes qui se rendent à l'ambassade sont traitées de la meilleure façon possible, a-t-il déclaré, par une équipe qui comprend la situation et le rôle de l'ambassade est au-delà de la politique.

Le journaliste vénézuélien Grevic Alvarado, en mission pour Newsday, a interviewé l'ambassadeur Carlos Amador Perez Silva. – JEFF K MAYERS

L'ambassade organise également un cours d'anglais de base les mardis et jeudis soirs. Pour les Trinidadiens qui souhaitent apprendre l'espagnol, des cours sont proposés les lundis et vendredis.

L’ambassadeur est également disposé à travailler avec différentes organisations sociales, culturelles et sportives à Trinidad.

"Nous sommes ouverts à toutes les recevoir, nous voyons comment nous pouvons soutenir. L'idée est que nous (nous avons tous besoin) de travailler ensemble."

Inscription positive

Incidemment, la nomination officielle de Perez-Silva coïncidait avec le début du processus d’enregistrement national du Venezuela – la tentative du gouvernement TT de rendre officiellement compte et de régulariser les milliers de Vénézuéliens résidant illégalement dans ce pays. À la fin de la période d’inscription de deux semaines, un peu plus de 16 000 Vénézuéliens ont obtenu le statut de résident temporaire au TT, les adultes ayant obtenu un permis de travail de six mois, avec une possibilité de prolongation supplémentaire de six mois.

Perez-Silva pense que le processus d'enregistrement a été positif à tous points de vue.

«Pendant six mois ou un an, comme ils l'ont établi, c'est une étape importante car cela permet aux Vénézuéliens d'accéder à des emplois légalement, de bénéficier des avantages de la loi, et ensuite, ils évalueront les possibilités, mais c'est déjà une décision de TT pays."

Il a souligné qu'il ne gérait pas personnellement les chiffres autres que ceux présentés par le gouvernement TT après la période d'enregistrement.

L'ambassadeur du Venezuela, Carlos Amador Perez Silva, dans une interview accordée à Newsday à l'ambassade sur l'avenue Victoria, à Port of Spain, le 8 novembre. – JEFF K MAYERS

"Je n'aime pas spéculer sur les chiffres. Officiellement, il y a plus de 16 000 Vénézuéliens. Le gouvernement a fixé une date limite. Ceux qui pourraient être exclus du registre (sont évalués individuellement)."

Et avec le décompte final après le processus d'enregistrement, il espère que les chiffres fournis par le gouvernement TT vont mettre fin aux spéculations sur le nombre de Vénézuéliens dans le pays. "Les gens disent qu'il y a jusqu'à 90 000 Vénézuéliens ici. C'est faux. Légalement, pour nous et pour le gouvernement TT, il y en a 16 000 qui sont enregistrés."

À la fin du délai de grâce d'un an accordé par le gouvernement du TT, chaque Vénézuélien aura le choix de retourner au Venezuela, d'aller dans un autre pays ou de rester dans le TT, avec le risque d'enfreindre la loi.

"C'est un pays indépendant, avec ses propres lois. Les visiteurs doivent s'adapter à leurs réglementations, respecter leur culture, leurs traditions et leurs conditions."

L’ambassadeur a demandé à ses compatriotes d’évaluer leurs conditions de vie et celles de chaque pays avant de prendre la décision de quitter le Venezuela. Malheureusement, a-t-il dit, de nombreux Vénézuéliens viennent dans d'autres pays sans papiers et c'est un problème.

Il a également souligné le nouveau processus de demande de visa pour les Vénézuéliens qui souhaitent se rendre au TT, annoncé peu après la période d'enregistrement, afin de freiner les flux migratoires. «C’est une décision interne de chaque nation, nous ne pouvons pas juger. (Nous comprenons) que TT souhaite maintenir une ordonnance en matière d’immigration, en particulier auprès des Vénézuéliens qui sont venus en grand nombre. "

Il ne croit pas que le Venezuela prendra des mesures réciproques pour les ressortissants de TT qui souhaitent se rendre dans ce pays. "Tout est dû à un mouvement de masse complexe et aux besoins que chaque pays a parfois. De cette manière, je ne pense pas qu'au Venezuela, ce type de mesure soit adopté."

Au sujet de l'ambassadeur Perez Silva

Carlos Amador Pérez Silva est un diplomate vénézuélien qui compte 37 années de service au ministère vénézuélien des Affaires étrangères. Il a été affecté aux États-Unis, au Guyana et à la Finlande avant d’assumer officiellement le rôle d’ambassadeur du Venezuela à la Grenade. Il a ensuite occupé le poste de chef diplomatique à Antigua-et-Barbuda, avant sa dernière affectation en tant qu’ambassadeur à Trinité-et-Tobago.

Laisser un commentaire